DEZUTTER (ou DESUTTER) Armand [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Ouvrier verrier proche de la mouvance libertaire, Armand Dezutter fit parvenir son écot à la souscription organisée par La Tribune libre en octobre 1896. Il habitait alors à Jeannette (Pennsylvanie).

Abonné à L’Union des travailleurs en 1903, Armand Dezutter resta fidèle à ce journal jusque durant la Première Guerre mondiale. Lorsque Louis Goaziou vint en 1913 à Jeannette pour y donner une conférence, Armand Dezutter était l’un des derniers vétérans socialistes résidant encore dans cette ville. Tous les autres avaient dû partir, chassés par le déclin inéluctable de l’industrie verrière.

En 1922, Armand Dezutter était toujours membre ou sympathisant de la Fédération socialiste française. Il versa la somme de 2 dollars à la souscription organisée au profit des Russes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article162279, notice DEZUTTER (ou DESUTTER) Armand [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 5 août 2014, dernière modification le 5 août 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : La Tribune libre, 1er octobre 1896 ; L’Union des travailleurs, 31 décembre 1903, 9 octobre 1913, 6 août 1914 entre autres ; Germinal, mai 1922.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément