BENIGNI Raoul

Par Antoine Olivesi, notice revue et complétée par Guy Benigni

Né le 24 septembre 1902 à San-Martino-di-Lota (Corse), mort en octobre 1974 à San-Martino-di-Lota ; militant communiste de Corse ; secrétaire fédéral.

Dans son village, le père de Raoul Benigni faisait figure de "libre penseur", autant pour son appartenance à une famille farouchement républicaine qu’à son anticléricalisme qui le faisait soupçonner d’être franc-maçon. Son aïeul, maire de San Martinu de 1804 à 1812, appartenaitau clan républicain et avait subi le contre coup lors de la Restauration de la monarchie.

Fils d’un cultivateur, aîné de trois enfants, Raoul Benigni, après le certificat d’études primaires. Il travailla dans son village, puis en juillet 1921, comme bon nombre de cap-corsins, partit à Marseille chercher un embarquement.

Jusqu’à novembre 1922, il navigua sur plusieurs cargos comme soutier, puis comme cambusier sur les lignes d’Afrique du Nord, d’Amérique du Sud et d’Extrême Orient. Mobilisé en novembre 1922, il fut affecté en Ruhr où il passa sept mois. Libéré de ses obligations militaires, il retourna en Corse quelques mois et repartit pour Marseille en septembre 1924 où il reprit ses activités de navigateur.

C’est à partir d’octobre 1922 que s’affirma son activité syndicale à la CGTU. Il participa en 1929, à la grève des inscrits maritimes dont il fut le délégué. À bord du Chambord, lors d’un voyage à Madagascar, il organisa un mouvement de grève contre les conditions de travail imposées par la Compagnie des Messageries Maritimes. Il en fut débarqué par la direction qui n’appréciait pas son militantisme syndical.

Sans emploi, marié, père de famille, il arrêta sa carrière de marin et revint en Corse en juillet 1933. Il gagna alors sa vie en s’occupant d’une petite affaire de transports en commun et surtout comme gérant d’une coopérative laitière fondée par son père. Il lui fallut deux années d’efforts pour rentabiliser la petite entreprise.

_C’est en 1935 qu’il entra au Parti communiste. Il fut élu cosecrétaire fédéral avec N. Benielli à l’issue du congrès de Bastia tenu le 4 avril 1937, congrès constitutif de la Fédération communiste, indépendante de la région provençale du Parti. Il fut délégué au congrès d’Arles en 1937 et à la conférence nationale de Gennevilliers en 1938. En 1939, le Parti aurait compté 600 adhérents répartis en 32 cellules locales et 12 cellules d’entreprises.

Benigni avait été candidat au conseil général dans le canton de San-Martino-di-Lota en 1937 et il recueillit 72 voix. En 1938, il présidait le syndicat général des transporteurs publics et camionneurs de la Corse ; il signa, au nom de son syndicat un appel à participer à la manifestation prévue le 4 décembre à Bastia pour protester contre les revendications italiennes sur la Corse.

Pendant l’Occupation, il participa à la Résistance sous le nom de Pasteur, puis aux combats pour la libération de la ville en septembre 1943. Le 3 août 1943, réunie dans la grotte de Castel d’Acqua, en plein maquis, à San Gavinu d’Ampugnani, la direction clandestine du parti composée de François Vittori, Arthur Giovoni, Leo Micheli, Pierre Pagès et Raoul Benigni (dit Pasteur), décida de déclencher l’insurrection dès que la nouvelle de la capitulation italienne serait connue et pour en préparer les modalités d’exécution. Le 8 septembre au soir, à Bastia, Raoul Benigni, Albert Stefanini et Léo Micheli à la tête de 300 hommes armés prennent part aux premières actions qui dès le lendemain se transformeront en combats pour la libération.

Il fut élu par la suite conseiller général de la Corse.

Il fut confirmé le 30 novembre 1943, au poste de premier secrétaire du Parti qu’il occupa jusqu’en 1949. Il ne semblait pas avoir le soutien de la direction nationale et d’Arthur Giovoni*. Un rapport de 1946 notait : bon militant paysan, au solide bon sens, manque de moyens, est dépassé par l’importance que prend la fédération, applique « mécaniquement les directives du Parti ». Retiré de ces fonctions pour "des raisons d’ordre familial", il resta membre du Comité fédéral jusqu’en 1956. Les événements de Hongrie (novembre 1956) marquèrent définitivement la cessation de toutes ses activités politiques. Il décèda le 11 octobre 1974 à Bastia, fidèle à ses idées malgré les divergences qu’il a eues avec le comité central.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16247, notice BENIGNI Raoul par Antoine Olivesi, notice revue et complétée par Guy Benigni, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 31 août 2021.

Par Antoine Olivesi, notice revue et complétée par Guy Benigni

ŒUVRE : A rédigé le rapport présenté à la conférence régionale de Porto-Vecchio, le 7 janvier 1939 : « Le peuple corse contre le fascisme ». — Collaboration à Rouge-Midi.

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Réponse au questionnaire. — M. Choury, Tous bandits d’honneur !, op. cit., p. 31, 52, 150, 156. — Marseille Matin, 11 octobre 1937. — Le Petit Bastiais, 3 décembre 1938. — L’Humanité, 15 octobre 1974. — Le Mémorial des Corses, op. cit., t. IV, p. 489 où Benigni est mentionné comme secrétaire fédéral du PC à la libération de Bastia en septembre 1943 (témoignage de Dominique Salini). — Notes de Guy Benigni, 2013

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément