POCHON Robert

Par Claude Pennetier, Nadia Ténine-Michel

Né le 27 mai 1928 ; mort en août 2013 ; commerçant puis employé ; conseiller général (1967-1982) et maire de Garges-lès-Gonesse (Seine-et-Oise, Val d’Oise) de 1965 à 1978 ; membre du bureau national de France-URSS.

Robert Pochon adhéra au Parti communiste en 1947. En 1948, il était président de la Jeunesse garchoise. Il suivit une école centrale d’un mois du Parti communiste, en 1956 puis de quatre mois. Membre du comité fédéral de Seine-et-Oise à partir de 1952, il fut trésorier fédéral en 1956 et 1957. Il était membre du bureau national de France-URSS en 1960 et du comité national en 1962.
Il aurait été secrétaire de la section d’Arnouville, mais c’est surtout à Garges-lès-Gonesse qu’on trouve trace de son militantisme : il était premier adjoint en 1953 dans la municipalité dirigée par Jeanne Carnajac et devint maire en 1965. Pendant cette période, l’exode rural et la reconstruction amenèrent un flux de population venant de la province en région parisienne, aussi la commune vit la construction, en prolongement de Sarcelles, de plusieurs grands ensembles sur d’anciennes terres agricoles à proximité de la nouvelle gare.

Robert Pochon fut réélu en 1977. Lors de la réunion du conseil municipal du 10 mai 1978, il demanda à être relevé de ses fonctions pour raisons de santé et familiales.
Henri Cukierman le remplaça à la tête de la municipalité.
Robert Pochon mourut en 2013.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article162570, notice POCHON Robert par Claude Pennetier, Nadia Ténine-Michel, version mise en ligne le 14 août 2014, dernière modification le 8 novembre 2021.

Par Claude Pennetier, Nadia Ténine-Michel

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Arch. Dép. Seine-et-Oise, 1W1143, 1116. — Arch. communales de Garges-lès-Gonesse, 2021.— Notes Annie Pennetier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément