PERRIN Désiré

Par Claude Delasselle

Né le 5 décembre 1923, fusillé par les Allemands le 21 juin 1944 après condamnation à mort, au champ de tir d’Égriselles, commune de Venoy (Yonne) ; ouvrier agricole ; résistant au sein des FTPF.

Désiré Perrin faisait partie du maquis « Berger », petit maquis de huit à neuf hommes, surtout des réfractaires au Service du travail obligatoire (STO), qui s’était formé dans le Tonnerrois, en février 1944, après le départ du maquis des Francs-tireurs et partisans (FTP) Vauban dans le Morvan. Il avait pris ce nom en hommage au résistant FTP du maquis Vauban, Maurice Berger, capturé par les Allemands et fusillé au champ de tir d’Égriselles le 23 décembre 1943. Le maquis « Berger », installé dans les bois de Fleurey près de Stigny (Yonne) et commandé par Lucien Raverat, réalisa au printemps 1944 plusieurs sabotages dans cette région, dont le plus remarquable fut la destruction, le 10 mai 1944, d’une dizaine de moteurs d’avions chargés sur un train stationné en gare de Poinçon-lès-Larrey, en Côte-d’Or.
Le 22 mai 1944, les bois où se cachait le maquis Berger furent encerclés par des miliciens et des Allemands ; la plupart des maquisards réussirent cependant à s’échapper, à l’exception de Désiré Perrin qui fut arrêté. Quelques jours plus tard, un autre maquisard, Roger Calmus, parti en mission et qui revenait au camp, fut tué sur place. Désiré Perrin fut incarcéré le 22 mai 1944 à la prison d’Auxerre, condamné à mort par le tribunal allemand FK 745 d’Auxerre, et fusillé le 21 juin au champ de tir d’Égriselles.
Son nom figure sur la stèle des fusillés d’Égriselles et sur le monument des déportés et internés fusillés de l’Yonne à Auxerre. Il figure aussi, en compagnie de celui de Roger Calmus, sur le monument érigé à leur mémoire sur le territoire de la commune de Stigny.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article162598, notice PERRIN Désiré par Claude Delasselle, version mise en ligne le 15 août 2014, dernière modification le 13 janvier 2022.

Par Claude Delasselle

SOURCES : DAVCC, Liste S 1744 (liste allemande), le dossier ne donne pas d’état civil ce qui semble indiquer qu’il n’y a pas eu après guerre de revendication familiale auprès du ministère des Anciens Combattants. – Arch. Dép. Yonne, 33J18 (registre d’écrou de la prison d’Auxerre). – CDrom La Résistance dans l’Yonne, ARORY-AERI, 2004 (fiche « Le groupe Berger »). – Robert Bailly, Si la Résistance m’était contée, ANACR Yonne, 1990, p. 318.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément