WOHLMUTH Raca née LEWI

Par Daniel Grason

Née le 4 juillet 1909 à Zounska-Wola dans la région de Lodz (Pologne), morte en 1944 à Bergen-Belsen (Pologne) ; dentiste ; déportée à Auschwitz puis à Bergen-Belsen (Pologne) ; militante de la Main-d’œuvre immigrée (MOI).

Raca Wohlmuth
Raca Wohlmuth

Fille d’Isaac Lewi et de Rachel Patranowska, Raca Lewi épousa Wohlmuth, elle vint habiter à Paris au 14 rue des Carrières d’Amérique, puis au 109 rue Manin (XIXe arr.). Elle était titulaire d’une carte d’identité valable jusqu’au 26 août 1943 prorogée jusqu’au 12 février 1944. Elle vivait depuis plus d’une année avec Jaroslaw Martunek, en fait Sas Dragos, membre du Premier détachement des FTP-MOI les « dérailleurs » composé essentiellement de militants roumains.
Joseph Dawidowicz, commissaire politique des FTP-MOI de la région parisienne identifié par la police le 18 octobre 1943, fut arrêté par la BS2 le 26 octobre. Responsable aux effectifs, il coordonnait le travail politique, disposait de liaisons avec la direction de la M.O.I et des FTP, il en était également le trésorier, un poste clef. Lors des perquisitions de ses domiciles clandestins les policiers saisissaient des listes d’effectifs, des comptes rendus d’activité de la M.O.I, un état numérique dactylographié des divers détachements, etc.
Le 17 novembre 1943 les inspecteurs des Brigades spéciales interpellèrent les premiers FTP-MOI et des membres de la MOI pour « activité communo-terroriste  ». Raca Wolmuth a été arrêtée le 2 décembre 1943 vers midi rue de l’Orme (XIXe arr.) par trois inspecteurs de la BS2.
Les policiers saisissaient à son domicile : trente-cinq mille francs en espèces, plusieurs fausses pièces, dont une fausse pièce d’identité au nom de Marie Yvonne, une carte d’identité qui portait sa photo et les cachets de la Préfecture du Lot-et-Garonne, une carte d’alimentation délivrée par la commune de Layrac dans le même département, un faux certificat et deux fausses déclarations de changement de domicile, et différents titres d’alimentation portant les cachets des mairies du XIXe arrondissement et de la commune de Bièvres (Seine-et-Oise, Essonne).
Après son interrogatoire, elle fut livrée aux Autorités allemandes, incarcérée, puis internée sous le matricule 11829 au camp de Drancy réservé aux Juifs, Raca Wohlmuth déposa le 20 janvier 1944 à l’administration du camp deux cents soixante-cinq francs (reçu n° 10 dans le carnet de fouilles n° 64).
Elle était le 3 février 1944 dans le convoi n° 67 de 1214 déportés, hommes et femmes à destination d’Auschwitz, 985 furent gazés à leur arrivée au camp. Quand l’armée Soviétique libéra le camp le 27 janvier 1945, seuls 26 déportés dont 12 femmes avaient survécus aux épreuves, Raca Wohlmuth était morte. Son nom a été gravé sur le mur des noms (dalle n° 42, colonne 14, rangée n° 3) au Mémorial de la Shoah rue Geoffroy-l’Asnier à Paris (IVe arr.).
Raca Wohlmuth a été transférée au camp de Bergen-Belsen en Allemagne à une date inconnue. En raison d’une épidémie de typhus, le 13 avril 1945, les SS après avoir passé un accord de neutralisation avec l’armée britannique quittaient le camp.
Le 15 avril l’armée Britannique découvrait le camp mouroir de Bergen-Belsen, à cette date Raca Wohlmuth avait survécu aux épreuves. Les soldats découvraient d’immenses étendues de cadavres. Il restait à cette date 60 000 environ survivants. Pendant plusieurs semaines, les vivants et les morts cohabitèrent. Les Britanniques réquisitionnèrent les SS et les soldats de la Wehrmacht pour enterrer les morts.
Le 21 mai pour stopper l’épidémie les soldats de l’armée Britannique incendièrent les baraquements du camp y compris ceux qui servaient d’hôpital. En raison de la quarantaine, les derniers survivants ne seront évacués qu’à la fin du mois de mai. Raca Wohlmuth n’en était pas.
Son nom a été gravé sur le mur des noms (dalle n° 42, colonne 14, rangée n° 3) au Mémorial de la Shoah rue Geoffroy-l’Asnier à Paris (IVe arr.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article162733, notice WOHLMUTH Raca née LEWI par Daniel Grason, version mise en ligne le 17 novembre 2020, dernière modification le 17 novembre 2020.

Par Daniel Grason

Raca Wohlmuth
Raca Wohlmuth

SOURCES : Arch. PPo. GB 93, GB 137 BS2, 77W 791, PCF carton 15 rapports hebdomadaire des Renseignements généraux sur l’activité communiste.– Archives du camp de Bergen-Belsen transmis par Rosine Lewi. – Site internet CDJC, Site internet Mémorial de la Shoah : Les libérations des camps et le retour des déportés « Bergen-Belsen, libéré par les Britanniques ». – Nos remerciements à madame Rosine Levi pour les précisions qu’elle nous a communiquées sur le parcours de Raca Wohlmuth. communiste.

Photographie : Arch. PPo. GB 190

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément