POCHERON René

Par Gilbert Fournier, René Poupon

Né le 9 août 1922 à Saint-Léger-sur-Dheune (Saône-et-Loire), mort le 18 septembre 2004 au Creusot (Saône-et-Loire) ; forgeron puis technicien puis employé ; syndicaliste CFTC puis CFDT.

René et Hélène Pocheron

Issu d’une famille de tradition catholique – son père travailla à la mine de Saint-Bérain-sur-Dheune jusqu’à sa fermeture après la seconde guerre puis à l’entreprise Schneider, à l’Entretien sidérurgique au Breuil (Saône-et-Loire) comme ajusteur outilleur – René Pocheron entra en 1937 en apprentissage comme élève forgeron aux Moyennes Forges chez Schneider et Cie au Creusot. En 1941, il fut affecté à l’outillage, au service forgeage (fabrication et mise au point des matrices de forges) où il occupa un poste de technicien. Il quitta la métallurgie pour travailler à la Caisse primaire de Sécurité Sociale puis à la Mutuelle familale Creusot-Montchanin où il resta jusqu’à sa retraite en 1982. Il participa au développement et à l’organisation des services mutualistes (mise en place de soins à domicile et d’un centre optique).

René Pocheron avait adhéré en 1938 à la JOC à la paroisse Saint-Eugène au Creusot. À la suite de la mobilisation des jocistes, dont certains furent prisonniers, la section s’affaiblit. René Pocheron fit partie, avec les classes 1941-1942, des premiers départs pour le STO en Allemagne. Il fut affecté à Dusseldorf dans la sidérurgie. Il y séjourna jusqu’au deuxième bombardement du Creusot, le 20 juin 1943. En effet, comme d’autres creusotins, il vint en permission spéciale et ne repartit pas. Il fut réfractaire de septembre 1943 à septembre 1944. À la Libération, il retrouva la JOC-JOCF où il milita jusqu’en 1947, date de son mariage avec Hélène Durand. Avec elle, venue de la JOCF, ils firent partie de l’équipe qui créa la section creusotine du Mouvement populaire des familles (MPF). Ils s’occupèrent plus particulièrement des services de la coopérative, d’une grande utilité à cette époque. Ils prirent ensuite la responsabilité du service des Aides familiales de la Grande famille creusotine.

Depuis 1941 et jusqu’à sa retraite, il fut toujours syndiqué à la CFTC puis à la CFDT jusqu’en 1982 et sympathisant du Parti socialiste. Passionné d’histoire locale et d’histoire ouvrière, René Pocheron accumula de nombreux documents sur les activités métallurgiques, mécaniques et minières de la région. Il participa activement avec Camille Dufour, Georges Dubriont, Lucien Delorme à la création en 1995 des Éditions du Creusot, devenues en 1999 Nouvelles Éditions du Creusot, qui publièrent plusieurs ouvrages sur l’histoire sociale de cette ville et dont il fut le président d’honneur.

Avec Hélène Durand, son épouse, ils eurent six enfants : André-Jean, Bernard, Geneviève, Dominique, Élisabeth, Christophe.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article162755, notice POCHERON René par Gilbert Fournier, René Poupon, version mise en ligne le 18 août 2014, dernière modification le 12 février 2021.

Par Gilbert Fournier, René Poupon

René et Hélène Pocheron

SOURCES : Notes de Bernard Loiseau. — Entretien avec Camille Dufour et sa fille Geneviève, 17 avril et 15 juillet 2014. — Association bourguignonne des Amis du Maitron.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément