BRUYÈRE Serge, Alain, Maurice

Par Pierre Vincent, Jean Belin

Né le 27 février 1937 à Dijon (Côte-d’Or) ; cheminot ; secrétaire général du syndicat (1962-1973) puis du secteur CGT des cheminots de Dijon (1973-1976) ; membre du conseil national de la Fédération (1968-1970, 1973-1976) ; membre de la direction de l’UD de Côte-d’Or ; militant communiste et associatif ; élu municipal.

Fils de Danton Georges Bruyère, menuisier, père italien, né en Algérie ayant fui la police de Mussolini et de Camille, Suzanne Voisin, blanchisseuse née à Dijon, Serge Bruyère eut quatre sœurs et quatre frères. Un de ses frères fut également cheminot à l’entretien de Dijon-Perrigny (Côte-d’Or). Serge Bruyère fit un apprentissage de vernisseur et occupa divers emplois notamment dans le bâtiment, dont un an avec son père devenu artisan carrier-tailleur de pierre. Après ses vingt-huit mois de service militaire, il entra en 1960 à la SNCF comme manœuvre, puis ouvrier et finit comme chef de chantier de manutention.

Engagé à la CGT, en décembre 1961, il devint secrétaire général du syndicat de Dijon en remplacement de Guy Thibaut et de 1973 à 1974 secrétaire du secteur de Dijon. Serge Bruyère dirigea le comité central de grève des cheminots dijonnais et fut un des principaux animateurs du mouvement dans sa corporation en mai-juin 1968 aux côtés de Guy Thibaut et Gilbert Longet. Il fut membre du conseil national de la Fédération de 1968 à 1970, puis de 1973 à 1976. Il occupa plusieurs fonctions de délégué au 1er, 2e et 3e degré, au comité régional des activités sociales (CRAS) et au comité mixte professionnel Sud-Est. Il fut membre de la commission jeunesse du comité central des activités sociales (CCAS) de 1965 à 1970, puis du CRAS de la Région de Dijon jusqu’à la mise en place du comité d’établissement régional (CER) pour lequel il s’investit particulièrement, par exemple à la commission sociale jusqu’à son départ en retraite en 1992, suivant l’activité des sociétés d’agents. Il reprit cette activité en 1996 au titre des retraités. Engagé dans les activités interprofessionnelles, Serge Bruyère était élu membre de la commission exécutive de l’Union Départementale CGT de Côte-d’Or du 39e congrès d’octobre 1962 au 43e congrès de mars 1972. Adhérent du PCF en 1955, il fut secrétaire départemental de l’Union de la jeunesse communiste de France (UJCF) en novembre1956. Serge Bruyère fut membre du comité de section des cheminots et du comité fédéral de la 13e conférence fédérale d’avril 1961 à la 17e conférence de mai 1967. Il participa à une école centrale d’un mois en 1962.

Président-créateur du groupe folklorique « La Bourguignonne » dans le cadre de l’Union de la jeunesse républicaine de France (UJRF) en 1957, puis en association en 1960, il quitta la présidence en 1992. Il représenta également le CCE au conseil d’administration de l’Union artistique et intellectuelle des cheminots français (UAICF) et à celui du Sud-Est.

En 2001, Serge Bruyère fut élu conseiller municipal et adjoint au maire de Chenôve (Côte-d’Or). Il fut décoré chevalier de l’Ordre national du Mérite et obtint deux médailles du ministère de la Jeunesse et des sports. Il se maria avec Monique Marthe Marie Vacanco le 27 avril 1962 à Villeurbanne (Rhône), il est père d’un fils, cadre en activité. Il vivait toujours Chenôve en 2021.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article1629, notice BRUYÈRE Serge, Alain, Maurice par Pierre Vincent, Jean Belin, version mise en ligne le 27 septembre 2021, dernière modification le 27 septembre 2021.

Par Pierre Vincent, Jean Belin

SOURCES : Arch. Fédération CGT des cheminots. — Comités fédéraux du PCF. — Comptes rendus des congrès fédéraux. — Notes de Jean-Pierre Bonnet. — Renseignements communiqués par Serge Bruyère. — Arch. IHS CGT Côte-d’Or, fonds de l’UD et du syndicat des cheminots de Dijon, témoignage et interview de Serge Bruyère, mars 2017. — L’Avenir de la Côte-d’Or. — Le Cheminot dijonnais, édition de septembre-octobre-novembre 1964.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément