BERG François, Albert

Par Robert Mourer, Pierre Schill

Né le 5 novembre 1920 à Algrange (Moselle), mort le 24 janvier 1979 à Freyming-Merlebach (Moselle) ; ouvrier aux Houillères du Bassin de Lorraine (HBL) ; membre suppléant de la commission paritaire régionale et membre de la commission des logements du secteur Merlebach-Cuvelette-Sainte-Fontaine des HBL ; secrétaire de la section des mineurs CFTC du siège de Sainte-Fontaine des HBL ; membre du conseil et du bureau de la Fédération régionale des mineurs CFTC des années cinquante à sa mort.

François Berg
François Berg

Fils de François, infirmier, né le 16 décembre 1895 à Bure-Tressange (Lorraine annexée) et de Catherine née Klunk le 31 janvier 1890 à Longchamp (Allemagne) ; marié le 7 septembre 1945 à Nilvange (Moselle) avec Gigia née Ominetti le 30 janvier 1923 à Nilvange, ils eurent huit enfants.
Apprenti boulanger à partir de novembre 1934, François Berg travailla de 1936 à décembre 1938 comme boulanger à Algrange (Moselle). Il travailla ensuite jusqu’à la guerre comme ouvrier d’usine à la SMK de Knutange (Moselle).
Mobilisé dans l’armée française en mai 1940, François Berg put rentrer en Moselle à la fin de l’été alors que le département lorrain était une nouvelle fois annexé à l’Allemagne. Il fut incorporé dans le Reichsarbeitsdienst (le service du travail allemand) d’octobre à décembre 1942 puis dans la Wehrmacht le 14 janvier 1943. François Berg fut mobilisé comme la plupart des « Malgré nous » sur le front russe. Il déserta à la fin du mois d’août 1943 et fut fait prisonnier par l’Armée Rouge. Emprisonné au camp de Tambow (Russie) d’octobre 1943 à juillet 1944, il fut ensuite rapatrié avec plus de mille Alsaciens-Lorrains vers l’Algérie et s’engagea dans l’armée de Libération avec laquelle il participa aux campagnes d’Iran et d’Italie. Il fut démobilisé en août 1945 avec le grade de caporal.
De retour en Moselle, il travailla à nouveau comme ouvrier d’usine à la SMK de Knutange jusqu’en novembre 1945 puis retrouva un emploi dans une boulangerie de Nilvange (Moselle) de décembre 1945 à décembre 1947.
François Berg fut embauché comme manœuvre au Groupe de Sarre et Moselle des Houillères du Bassin de Lorraine (HBL, Moselle) en janvier 1948. Il occupa ensuite divers emplois au fond avant d’être occupé au jour à partir de novembre 1972. Il prit sa retraite d’invalide en novembre 1974.
François Berg milita pendant plus de trente ans au syndicat des mineurs CFTC dont il anima à partir de 1955 la section au siège Sainte-Fontaine. Il fut pendant plus de vingt ans membre du conseil et du bureau de la Fédération régionale des mineurs CFTC.
Au début des années cinquante, il fut l’un des animateurs de la délégation intersyndicale CGT-CFTC des mineurs qui se battaient pour empêcher la fermeture du puits Sainte-Fontaine.
Candidat à de nombreuses élections professionnelles, François Berg fut élu en 1956 membre suppléant de la commission paritaire régionale des HBL. À partir des années soixante, il fut le représentant de la CFTC à la commission des logements ouvriers du secteur Merlebach-Cuvelette-Sainte-Fontaine des HBL.
Il se présenta encore sur la liste de la CFTC aux élections du 5 novembre 1969 au conseil d’administration de la Société de secours minière de Sarre et Moselle. La liste obtint 5 735 voix sur 17 319 suffrages exprimés pour 17 664 votants sur 28 328 électeurs inscrits contre 5 626 voix pour la CGT. La CFTC obtint quatre élus dont il ne faisait pas partie.
François Berg était titulaire de la Médaille des évadés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16317, notice BERG François, Albert par Robert Mourer, Pierre Schill, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 7 août 2015.

Par Robert Mourer, Pierre Schill

François Berg
François Berg

SOURCES : Archives personnelles de Robert Mourer. — Arch. Houillères du Bassin de Lorraine, dossier personnel ; Vt53-B3 ; Vt233-B93 ; Vt1 536-B12. — Arch. Fédération régionale des mineurs de charbon CGT de Moselle, Der Kumpel, Le Travailleur du Sous-Sol, 15 novembre 1951. — Renseignements fournis par Lydia Berg, sa fille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément