HERBIN Léon [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Mineur à Kirkwood (Pennsylvanie ?), proche de la mouvance anarchiste, Léon Herbin était en 1895 au nombre des lecteurs souscripteurs de L’Ami des ouvriers.

En 1908, Léon Herbin était installé à Coal Center (Pennsylvanie). Parlant couramment l’anglais, il servit d’interprète à Stanislas Hut lorsque ce dernier fut confronté à un grave problème au niveau de la mine.

En 1911, Léon Herbin avait déménagé à Dunkirk (Kansas). Durant l’été, il fut choisi par une assemblée générale des mineurs et des militants socialistes pour prendre la tête d’un mouvement de désobéissance civile et être le premier citoyen de la ville à proclamer publiquement son refus de payer une poll tax (impôt censitaire) de 3 dollars par an jugée insupportable en cette période de fort chômage. Aussitôt arrêté, il fut libéré par le juge socialiste qui venait d’être élu et qui déclara la loi anticonstitutionnelle.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article163319, notice HERBIN Léon [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 29 août 2014, dernière modification le 29 août 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : L’Ami des ouvriers, mai 1895 ; L’Union des travailleurs, 6 août 1908, 3 août 1911.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément