BERGES Georges, François, Noël

Par Jacques Girault

Né le 18 avril 1901 à Espelette (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), mort le 4 octobre 1990 à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) ; instituteur ; résistant ; syndicaliste SNI, militant socialiste SFIO et mutualiste des Pyrénées-Atlantiques, correspondant départemental de la Mutuelle assurances automobiles des instituteurs de France (1934-1969).

Fils d’un gendarme à cheval, Georges Berges fut élève de l’école primaire supérieure de Pau puis de l’École normale d’instituteurs de Lescar (1917-1920). Il exerça, avec son épouse, institutrice, à Mauléon, à Sault-de-Navailles et à Anglet où il termina sa carrière. Marié, il était père de trois enfants. Membre du Syndicat national des instituteurs, il fonda une section du Parti socialiste SFIO dans son village en 1934 mais ne réadhéra pas au Parti après la Deuxième Guerre mondiale tout en demeurant électeur socialiste. Comme de nombreux instituteurs du département, il prit en charge en 1938 deux enfants de républicains espagnols.

Mobilisé en 1939, réintégré dans l’Éducation nationale dès la fin d’octobre 1939 ; il participa aux luttes de la Résistance dans les FFI.

Lors de la réunion du conseil national du SNI, le 28 décembre 1947, Berges, dans son intervention, souhaita le maintien de l’unité du syndicat avec le respect de la majorité.

Retraité, toujours membre du SNI, il se consacrait avant tout à la vie de la MAAIF, puis de la MAIF, participant à ses assemblées nationales et à l’animation de l’association départementale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16342, notice BERGES Georges, François, Noël par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 6 octobre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément