BERGES Jacques [BERGES Barra, Jacques]

Par Jacques Girault

Né le 13 août 1907 à Graissessac (Hérault), mort le 7 janvier 1982 à Val-du-Gave-d’Aspe (Pyrénées-Atlantiques) ; professeur ; militant syndicaliste (FEN) en Gironde.

Fils d’un facteur, Jacques Bergès entra à l’Ecole normale d’instituteurs de Lescar (Basses-Pyrénées) en 1924 et obtint une quatrième année à l’ENI de Toulouse (Haute-Garonne). Maître d’internat à l’école nationale professionnelle de Tarbes (Hautes-Pyrénées), il entra à l’École nationale de l’enseignement technique, section EF (lettres-langues) en 1929. Il accomplit en 1931 le service militaire dans l’infanterie à Saint-Cyr, qu’il termina avec le grade de sous-lieutenant.
Nommé en 1932 professeur à l’école pratique de Saint-Nazaire (Loire inférieure/Atlantique), il se maria à Féas (Basses-Pyrénées) avec une professeure certifiée qui enseigna ensuite à Talence (Gironde) où ils habitèrent avant de s’installer à Bordeaux en 1940. Ils eurent trois enfants.

Jacques Bergès obtint sa mutation en 1936 à l’école pratique de Bordeaux qui devint collège technique en 1943. Il adhérait au Syndicat du personnel de l’enseignement technique.

Mobilisé au début de la guerre, il fut fait prisonnier le 16 juin 1940, et resta en captivité jusqu’au 19 mai 1945 (Oflag XIIIB puis XVIIA).

Il reprit son poste de professeur de lettres au collège technique de garçons de Bordeaux à son retour en octobre 1945, et enseigna dans cet établissement devenu lycée jusqu’à sa retraite en septembre 1966.

Membre du Syndicat national de l’enseignement technique, membre de la direction régionale de Bordeaux, il devint le secrétaire de la section départementale de la Fédération de l’Éducation nationale à la fin des années1950.

Son épouse, née Jeanne, Henriette Bassaber, le 29 avril à Oloron (Basses-Pyrénées), normalienne à l’ENI de Pau (1925-1926), fut institutrice de 1926 à 1928 à Hendaye, à Préchacq, à l’école primaire supérieur d’Oloron, à Arudy. Surveillante à l’ENI de Lyon en 1928-1929, puis institutrice à Paris dans la 4eme circonscription, elle réussit le professorat de lettres-géographie en 1932. Nommée à l’EPS de Saint-Nazaire de 1932 à 1937, après avoir enseigné à l’ENI d’Angoulême (Charente), elle obtint sa mutation pour le lycée municipal de Talence où elle enseigna de 1937 jusqu’à sa retraite en 1966. Cet établissement fut nationalisé en 1963. Elle était la correspondante du Bureau universitaire de statistique à partir de 1959.
Elle militait alors dans le Syndicat national de l’enseignement secondaire.

SOURCES : Arch. Nat., F17/28615, 28833. — Presse syndicale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16344, notice BERGES Jacques [BERGES Barra, Jacques] par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 29 août 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/28615, 28833. — Presse syndicale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément