KATZ [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Communiste icarien originaire de Milwaukee (Wisconsin), marchand, Katz était membre de la communauté de Nauvoo (Illinois) avec sa femme et son beau-frère en juillet 1854 ; il avait en charge la savonnerie et était également employé comme bûcheron, tandis que son épouse travaillait dans l’atelier des couturières.

En janvier 1856, Katz fut l’un des adversaires les plus résolus du fondateur d’Icarie. Le 24 février 1856, il fut l’un des cinq membres de la commission chargée d’examiner les comptes de la communauté — et en particulier ceux de son bureau à Paris (voir Jean-Baptiste Gérard). Le 17 mars, il entra, avec le titre de président, dans une nouvelle commission incluant Prudent, Albrecht, Mourot, Pierrot et Lafaix, dont la tâche consistait cette fois à prendre le contrôle de toutes les publications icariennes. Plus grave encore aux yeux du fondateur d’Icarie, Katz fut l’un de ses principaux accusateurs lors de la séance du 12 au 13 mai 1856, le traitant publiquement de « voleur » et d’« escroc ». Cette nuit-là, Cabet perdit le soutien de la majorité des Icariens de Nauvoo. À l’aube du 13 mai, Katz fut élu membre la commission d’enquête chargée de dresser un acte d’accusation contre le fondateur de la communauté (avec Mourot et Montaldo). Ses conclusions furent présentées le 27 septembre, et furent avalisées par la majorité, qui vota l’exclusion de Cabet.

Le 24 janvier 1857, Katz fut l’un des nouveaux gérants élus par la communauté, et il fut nommé directeur de l’Éducation et de la Santé. Il donna sa démission peu après, en raison d’un voyage qu’il devait effectuer en Europe.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article163667, notice KATZ [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 5 septembre 2014, dernière modification le 5 septembre 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : Colonie icarienne, 26 juillet, 20 septembre, 27 septembre 1854 ; Revue icarienne, n° 1 (octobre 1856), n° 6 (avril 1857) ; Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet, Paris, Cornély & cie, 1907, passim ; Robert P. Sutton, Les Icariens : The Utopian Dream in Europe and America, Urbana, University of Illinois Press, 1994, passim ; Note de François Fourn.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément