KELSCH Frédéric Denis [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Ancien élève de Saint-Cyr et ancien officier de l’Armée d’Afrique, Frédéric Kelsch déserta l’armée française en pleine tempête révolutionnaire, il fut arrêté avec deux Italiens, Carlo Galli et Lorenzo Rossini le 21 octobre 1853, sous l’accusation de tentative d’assassinat sur la personne de l’Empereur. Condamné par une commission mixte à une peine de transportation, Kelsh reçut notification de son arrêté de jugement à la Conciergerie, où il était emprisonné. Les ordres étaient de maintenir Kelsch et ses compagnons dans un isolement total durant tout le transport jusqu’à la Guyane. En réalité ce dernier parvint à gagner les faveurs du commandant de l’Allier, qui fit en sorte d’adoucir son sort. Peu après son arrivée à Cayenne, Kelsch écrivit au Gouverneur pour solliciter un entretien, précisant que les liens avec son passé révolutionnaire étaient désormais rompus.

Touché, le Gouverneur accepta qu’il soit transféré à l’hôpital de Cayenne et appuya la demande de grâce adressée à l’empereur. Celui-ci ayant répondu favorablement, Kelsh put se rendre à Surinam nanti d’une avance de 2000 F et embarquer sur un navire à destination des États-Unis.

Installé à Baltimore, puis à New York, il mena une vie paisible. Depuis son exil, Kelsch adressa à l’empereur une lettre de remerciement dans laquelle il exprimait ses remords, mais sans pour autant condamner l’idée républicaine. Au moment de la guerre de Crimée, il demanda pouvoir aller servir dans les armées turques. Chaudement recommandé par le consul, il put alors rentrer en France, l’interdiction de retour qui le frappait ayant été levée.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article163671, notice KELSCH Frédéric Denis [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 5 septembre 2014, dernière modification le 5 février 2020.

Par Michel Cordillot

SOURCES : Archives du Ministère des Affaires étrangères ; Charles Clerc, Les Républicains de langue française aux États-Unis, 1848-1871, Thèse, Univ. Paris XIII, 2001, p. 80-86.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément