MLECZAK Meyer

Par Gilbert Beaubatie

Né le 10 mai 1923 à Varsovie (Pologne), mort en action le 8 avril 1944 à Vignols (Corrèze) ; Juif polonais et maquisard FTP.

Fils de Mleczak Mordko et de Gubraimann Maria, Meyer Mleczak se réfugia en Corrèze où il fit partie d’un groupe FTP, installé dans les bois du Vaysse, commune de Vignols. Le 8 avril 1944, une colonne allemande, comprenant camions et side-cars, se dirigea vers l’endroit supposé abriter le camp des maquisards. Ayant pris en otage un paysan du coin, des Miliciens ouvrirent le chemin et surprirent Meyer, alias « Mario », qui avait pour mission de protéger le repli de ses camarades avec son fusil-mitrailleur. Mortellement touché au front, il fut retrouvé le lendemain, couché sur le dos derrière une souche, les deux mains posées sur sa poitrine et son blouson à fermeture éclair, « en drap marron du type couverture armée ».

Il fut transporté dans l’église de Vignols où le prêtre fit une bénédiction. Le lendemain, un dimanche après-midi, après avoir été exposée huit heures durant, la dépouille fut inhumée au cimetière en présence d’une population relativement nombreuse, composée notamment de jeunes, qui ce jour-là devaient se retrouver sur un terrain de sport.

En 1945, la municipalité de Vignols offrit une plaque dédiée à « Mario du Maquis du Vaysse ». Plus tard, son corps fut exhumé et transféré à la nécropole nationale de Chasseneuil-sur-Bonnieure (Charente), érigée pour perpétuer le souvenir des combattants fusillés, déportés et prisonniers tombés pour la liberté et la défense de la patrie de 39 à 45.

Une croix blanche rappelle au visiteur que Mario, jeune réfugié polonais de 20 ans, est « Mort pour la France, le 08/04/1944 ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article163812, notice MLECZAK Meyer par Gilbert Beaubatie, version mise en ligne le 10 septembre 2014, dernière modification le 14 octobre 2019.

Par Gilbert Beaubatie

SOURCES : Archives du Centre Edmond Michelet à Brive, avec l’aide de Françoise Germane. — Le maquis du groupe « Jean Robert » dans les bois du Vaysse. Histoire et témoignages, éditée par le Comité de l’ANACR d’Objat, avril 2003.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément