BERNARD César

Par Yves Le Maner

Né le 12 novembre 1875 à Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais), mort le 8 mai 1950 à Frévent (Pas-de-Calais) ; instituteur puis voyageur de commerce ; militant socialiste, syndicaliste et coopérateur ; député du Pas-de-Calais (1919-1928), maire de Frévent (1945-1950), conseiller général (1947-1950).

Fils d’un marin de commerce, César Bernard, après ses études au collège de sa ville natale puis à l’École normale d’Arras, fut nommé instituteur à Lens, avant d’exercer à Calonne-Ricouart. Militant guesdiste actif, il fonda à Lens, à la fin du XIXe siècle (avec son ami Moutreville), Syndiquons-nous !, journal syndicaliste et socialiste du Pas-de-Calais. Conseiller municipal de Calonne-Ricouart, César Bernard fut élu maire au début du nouveau siècle.

Durant la Première Guerre mondiale, il fonda, à Calonne-Ricouart, une coopérative avec des réfugiés des régions envahies du département. Cette société fut à l’origine de l’Union des coopératives du Pas-de-Calais, absorbée ensuite par l’Union des coopératives Flandre et Artois. Il en fut le secrétaire puis le secrétaire de la Fédération du Pas-de-Calais. Il organisa aussi les groupes de pupilles de la coopération à Lens.

Après la guerre, César Bernard accrut encore son action politique et syndicale : représentant du syndicat des instituteurs, il fut élu, à l’unanimité, membre de la commission administrative de l’Union départementale CGT du Pas-de-Calais, lors du congrès de Boulogne-sur-Mer en décembre 1918 (voir Baudoin*). Mais l’action politique restait son terrain de prédilection : figurant en septième et avant-dernière place sur la liste du Parti SFIO menée par Basly, César Bernard fut élu (avec tous ses co-listiers) député du Pas-de-Calais (premier secteur), le 16 novembre 1919. Il s’installa alors à Frévent, pour se consacrer à son mandat de député : vice-président de la commission de l’enseignement à la Chambre des députés, il fut l’auteur de plusieurs projets de loi. Réélu aux législatives de 1924, il devait par la suite échouer à chacune de ses tentatives : 1928, 1932 et 1936, dans la circonscription de Saint-Pol-sur-Ternoise ; il en fut de même aux élections sénatoriales de 1926. Ayant perdu son mandat de député, il dut, pour vivre, travailler comme représentant pour une distillerie d’Hesdin, métier qu’il conserva jusqu’en 1944.

Dilettante et rêveur, César Bernard écrivit des contes et des poésies pour enfants ; il fonda, en 1927, Le Travailleur d’Artois, hebdomadaire socialiste du Ternois.

Conseiller municipal depuis 1925, il fut élu maire de Frévent en 1945 et élu conseiller général du canton d’Auxi-le-Château en 1947. César Bernard devait se consacrer à ces mandats jusqu’à sa mort, survenue le 8 mai 1950.

Il était chevalier de la Légion d’honneur depuis le 15 avril 1947.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16388, notice BERNARD César par Yves Le Maner, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 15 octobre 2021.

Par Yves Le Maner

En 1928

ŒUVRE : Les Nids au Vent, chansons et poésies enfantines, Lens, 1912.

SOURCES : Arch. Nat., F7/13084 et F7/13611. — Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 175, M 176, M 177 (avec photographie de 1928), M 179 et M 182. — Compère-Morel, Grand Dictionnaire socialiste, op. cit., p. 70. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes, II, op. cit., pp. 437 et 453. —, L’Humanité, 15 décembre 1918. — Le Populaire, 19 décembre 1936. — J. Jolly, Dictionnaire des parlementaires, op. cit. — Renseignements fournis par les mairies de Frévent et de Saint-Pol-sur-Ternoise.

ICONOGRAPHIE : Hubert-Rouger, op. cit., p. 439.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément