BORIOS Georges, Jacques, Clément

Par Alain Prigent, complété par Renaud Poulain-Argiolas

Né le 1er mars 1913 à Cassagnoles (Hérault), mort le 23 août 1994 à Martigues (Bouches-du-Rhône) ; employé de préfecture ; membre de la commission exécutive de l’union départementale CGT d’Ille-et-Vilaine (1959) ; membre du bureau de la fédération du PCF du Cantal (1953-1955) puis d’Ille-et-Vilaine (1956-1957) ; secrétaire général de la mairie de Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône) (1960-1976).

Georges Borios pour ses 80 ans

Georges Borios était le fils de Jean, Joseph Borios, né à Cassagnoles (Hérault), et d’Albanie, Rosalie Gareil, née à Castans (Aude). Il avait un frère aîné, Laurent, né en 1908. Ses parents étaient agriculteurs. Incorporé comme soldat de 2e classe dans le 4e régiment d’infanterie coloniale pendant la Première Guerre mondiale, Jean Borios fut tué à l’ennemi à Massiges (Marne) le 26 septembre 1915. Il reçut la mention "Mort pour la France".

Employé de préfecture, Georges Borios se maria avec Andrée Lepetit, née le 15 septembre 1910 à Équeurdreville (rattaché aujourd’hui à Cherbourg-en-Cotentin, Manche). Le couple eut deux enfants : Jacques en 1942, et Catherine en 1950.

Attaché de préfecture à Nîmes (Gard) à partir de 1937, démobilisé après la défaite militaire française en 1940, il n’accepta pas l’occupation allemande et devint informateur pour le maquis de Nîmes. En 1952, Georges Borios fut muté à la préfecture d’Aurillac (Cantal) en raison d’une sanction disciplinaire. Adhérent au PCF depuis 1945, il avait signé la demande de libération de Jacques Duclos suite à l’affaire des pigeons et précisé à côté de sa signature qu’il était attaché de préfecture. Il siégea au bureau de la fédération du Cantal (1953-1955).
Durant cette période, il participa avec le PCF du département au soutien et à la protection d’Abraham Serfaty, opposant au roi Hassan II du Maroc, et de Mihran Mavian, communiste arménien, tous deux placés en résidence surveillée. Il collecta l’argent nécessaire pour les loger, les nourrir et faire connaître la vérité sur leurs situations.

En 1956, Georges Borios obtint sa mutation à Rennes. Il intégra le bureau de la fédération du PCF d’Ille-et-Vilaine en juin 1956 et fut reversé au comité fédéral (1957-1960). Secrétaire de la section du PCF de Rennes Sud, il fut élu à la CE (commission exécutive) de l’union départementale CGT d’Ille-et-Vilaine en 1959 et était membre de celle du syndicat CGT des agents de préfecture la même année. Il quitta le département en mars 1960 pour Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône) où il fut secrétaire général de mairie, un poste qu’il occupa jusqu’à sa retraite en 1976.

Il participa aux côtés du maire René Rieubon à l’accueil des populations arrivant dans le cadre de la création du complexe industriel de Fos-sur-Mer. Avec Pierre Santoru notamment, il s’investit dans le développement culturel de la commune par la mise en place du club culturel et sportif. Il fut membre fondateur et trésorier de l’association Promomer qui organise les "Sardinades" de la ville, président du Crédit mutuel local, administrateur de la caisse fédérale et membre fondateur de l’Assistance juridique méditerranéenne.

Georges Borios consacra un petit ouvrage aux rues de Port-de-Bouc et aux histoires portées par leurs noms. Il réalisa une traduction des Martégalades de M. Féraud qui ne fut pas éditée mais vraisemblablement tirée à quelques exemplaires.

Il fit don de son corps à la science. Son nom figure toutefois sur la tombe où repose son épouse au cimetière communal de Port-de-Bouc.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article164029, notice BORIOS Georges, Jacques, Clément par Alain Prigent, complété par Renaud Poulain-Argiolas, version mise en ligne le 18 septembre 2014, dernière modification le 11 juin 2022.

Par Alain Prigent, complété par Renaud Poulain-Argiolas

Georges Borios pour ses 80 ans
Réunion du conseil municipal de Port-de-Bouc en 1963. A droite : Georges Borios. Debout au centre : René Rieubon, le maire.
Réunion du club culturel et sportif de Port-de-Bouc. Georges Borios est à gauche.

OEUVRE : Port-de-Bouc – D’antan : des lieux-dits – Aujourd’hui : une ville... des rues, 1989.

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Regards sur l’Ille-et-Vilaine, supplément de L’Humanité Dimanche (Années 1960). — Site Match ID, Acte n°384 N, Source INSEE : fichier 1994, ligne n°412435. — Mémoire des Hommes (concernant Jean Borios). — Données du site Généanet. — Cimetière de Port-de-Bouc. — Propos recueillis auprès de sa fille (mai 2022).

ICONOGRAPHIE : Archives de Catherine Borios.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément