CORNEZ Georges.

Par Jean-Paul Mahoux

Frameries (pr. Hainaut, arr. Mons), 5 décembre 1896 – février 1958. Ouvrier métallurgiste puis ouvrier mineur, militant puis dirigeant syndical socialiste, échevin socialiste de Jemappes (aujourd’hui commune de Mons, pr. Hainaut, arr. Mons), conseiller provincial du Hainaut, dirigeant mutualiste.

Georges Cornez est le troisième enfant d’une famille de mineurs du Borinage (pr. Hainaut). À l’âge de dix ans, il travaille aux Fours à coke à Frameries puis en 1908, il est embauché comme ouvrier de surface aux Charbonnages du Levant Flénu (Borinage). Il exerce cette profession jusqu’en 1945.

Devenu percepteur de cotisation et délégué de puits en 1922, Georges Cornez représente sa section syndicale au Comité de la Centrale, socialiste, des mineurs du Borinage. Il siège également à la Commission régionale mixte de mines.

En 1940, Georges Cornez succède à F. Dumont* au secrétariat de la régionale de la Centrale des mineurs du Borinage mais il est démis de cette fonction en mai 1941 pour avoir refusé d’obéir aux injonctions de l’occupant allemand et de l’Union des travailleurs manuels et intellectuels (UTMI).

Au sortir de la guerre, Georges Cornez est secrétaire de la section syndicale des mineurs de Jemappes et secrétaire des Mutualités socialistes de cette même localité.

Sur le plan politique, Georges Cornez est nommé échevin de Jemappes et élu conseiller provincial du Hainaut en 1946.

Georges Cornez revient au syndicalisme en siégeant au Comité exécutif de la Centrale des mineurs du Borinage. Il est aussi membre du conseil d’administration de la Fédération des mutualités socialistes du Borinage et fait partie du Comité fédéral de la Fédération générale du travail de Belgique (FGTB – organisation syndicale interprofessionnelle). Il est contrôleur à la Centrale nationale des mineurs depuis 1949.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article164141, notice CORNEZ Georges. par Jean-Paul Mahoux, version mise en ligne le 19 septembre 2014, dernière modification le 8 décembre 2019.

Par Jean-Paul Mahoux

SOURCES : DETHIER N., Centrale syndicale des travailleurs de la mine 1890-1950, La Louvière, 1950, p. 93 – « Discours de V. Decot aux funérailles de G. Cornez », L’Ouvrier mineur, février 1958, p. 2.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément