EVANGELISTI Luigi alias LUPPI Libero, dit Zuppi, dit Gigi, dit Gino

Par Daniel Grason

Né le 30 novembre 1903 à Modène (Italie) ; maçon ; militant anarchiste ; volontaire en Espagne républicaine.

Luigi Evangelisti arriva en France en 1922 sous le nom de Libero Luppi, ayant tué un fasciste en Italie. Il résida quelques mois en France, se rendit selon ses déclarations en Russie, puis en Allemagne. En 1925, il revint en France, il vécut et travailla dans le Cher, à Paris dans différents arrondissements, à La Courneuve (Seine, Seine-Saint-Denis) et à Garches (Seine-et-Oise, Hauts-de-Seine) et à Paris jusqu’au 5 août 1936.

Il fut membre de juillet 1932 à août 1933 du groupe anarchiste italien de Paris. En février 1932 à l’issue d’une assemblée générale qui se tint à Puteaux (Seine, Hauts-de-Seine), sous le surnom de Gigi, il devint l’un des responsables du Comité anarchiste italien pour les victimes politiques. Il fut aussi membre du Comité d’action et de propagande anarchiste en Italie. Il assista le 12 décembre 1932 à une fête de l’Université populaire de Montreuil-sous-Bois et Fontenay-sous-Bois au profit des emprisonnés politiques italiens.

Le 14 juillet 1934, il participa à une balade champêtre à Clamart organisée par le Comité pour les victimes politiques d’Italie, puis à une réunion du même groupe le 8 août au Café du Gramophone boulevard Diderot à Paris (XIIe arr.). Repéré, la police l’inscrivit sur la liste des anarchistes de la Seine.

Il s’engagea en août 1936 dans la section italienne de la Colonne Ascaso, 3e bataillon. Le 21 février 1937 il était nommé capitaine commandant de la 2e compagnie. Blessé le 7 avril dans les environs de Huesca, il entra en France par Cerbère le 31 mai 1937. Arrêté par les gendarmes le 13 septembre pour « faux et usage de faux », il était condamné par le tribunal de Céré (Lot) à huit mois de prison pour situation irrégulière.

Refoulé en Belgique, il fit l’objet d’un refus de séjour, gagna Paris en août 1938. Il se rendit à la préfecture de police où il présenta une lettre de la Ligue des droits de l’homme et du citoyen, le statut de réfugié politique lui fut accordé. Il pouvait résider en France par voie de sursis renouvelable. Le 12 janvier 1939, Luigi Evangelisti était assigné à résidence dans l’Indre.
Il partit ensuite pour Cuba puis pour New York, où sa trace se perd.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article164418, notice EVANGELISTI Luigi alias LUPPI Libero, dit Zuppi, dit Gigi, dit Gino par Daniel Grason, version mise en ligne le 22 septembre 2014, dernière modification le 9 décembre 2018.

Par Daniel Grason

SOURCE : Arch. PPo. 1W 0735. — Note de Marianne Enckell.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément