BERNIS Gérard [DESTANNE DE BERNIS Gérard, René, Camille]

Par Alain Monchablon

Né le 10 novembre 1928 à Bordeaux (Gironde), mort le 24 décembre 2010 à La Tronche (Isère) ; universitaire ; syndicaliste étudiant ; économiste proche de la CGT ; militant catholique.

Aîné de deux enfants, Gérard Destanne de Bernis naquit dans une famille plus qu’aisée, son père étant administrateur de plusieurs sociétés, principalement dans les assurances. Ultérieurement ses adversaires politiques ne manquèrent pas de l’appeler, à tort ou à raison, le « marquis rouge ».

Étudiant à Paris, en philosophie, droit et sciences politiques, il fut un catholique engagé, jéciste, « anticolonialiste parce que chrétien », selon ses termes, animant avec Georges Suffert une petite revue d’étudiants d’extrême gauche, Les Mal pensants. Au congrès d’Arcachon (avril 1950) de l’UNEF, il fut élu d’assez peu à la présidence, contre un candidat de droite. L’année précédente il en avait été secrétaire général. Proche du Parti communiste, soupçonné par certains d’en être un adhérent clandestin, il dénonça néanmoins en 1949, l’exécution de Rajk en Hongrie comme un « assassinat ». Sa participation, comme observateur pourtant mandaté, au 2e congrès de l’Union internationale des étudiants dont l’UNEF s’était désaffiliée, en août 1950 à Prague, fut le prétexte de sa démission forcée, suivie par l’ensemble du bureau de l’UNEF, en novembre. Il lui était reproché de s’être, en pleines guerres d’Indochine et de Corée, levé avec les autres congressistes à l’arrivée de la délégation nord-coréenne. On sait aujourd’hui que l’opération avait été orchestrée par les étudiants du RPF. G. de Bernis sembla alors s’éloigner de l’UNEF qui dès lors, et pour plusieurs années, passa aux mains de la droite étudiante.

Marié en juillet 1952 (le couple eut cinq enfants), agrégé de droit et sciences économiques en 1953, par ailleurs licencié ès lettres et diplômé de Sciences Po, il entama en 1953 une carrière universitaire à Lille, Tunis, puis Grenoble où il s’établit définitivement en 1959. Il fut l’auteur de nombreuses études économiques, principalement consacrées à la question du développement, souvent appliquées à l’Afrique, ainsi qu’à la théorie de la régulation économique. Il participa par ailleurs aux publications du Centre confédéral d’Éducation ouvrière de la CGT.

Décédé le 20 décembre 2010, un hommage lui fut rendu le 18 février 2011 au Centre œcuménique de Grenoble et le jeudi 12 mai 2011 au siège de la CGT à Montreuil.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16450, notice BERNIS Gérard [DESTANNE DE BERNIS Gérard, René, Camille] par Alain Monchablon, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 22 juin 2015.

Par Alain Monchablon

ŒUVRE : Parmi ses écrits citons, Essai sur la tarification industrielle dans les exploitations industrielles de l’État du secteur monopolistique, 1953).

SOURCES : BDIC, fonds UNEF, 4° Delta, 1151/1. — Didier Fischer, « Entre secret et mémoire, les étudiants gaullistes et leur prise du pouvoir à l’UNEF à la fin des années quarante », in Matériaux, revue de la BDIC, n° 58, avril-juin 2000. — Martine Sevegrand, Temps Présent une avant garde catholique (tome 2), Édition Temps Présent, 2011 (pages 39, 47, 91-92, 123-124, 206). — Pierre Frappat, Grenoble le mythe blessé, Éditions Moreau, Paris, 1979. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément