MARTIN François, Marie [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Communiste icarien né le 22 juillet 1801 à Montaron (Nièvre), François Martin travailla comme charpentier à La Palisse (Allier), puis à Paris. Répondant à l’appel de Cabet, il partit le 25 septembre 1849 pour les États-Unis et arriva à destination le 12 novembre. Il était accompagné de son épouse et de leur fille Laurence, qui était l’épouse d’Alexis-Armel Marchand (voir ce nom). Membre de la communauté de Nauvoo (Illinois), François Martin soutint Cabet tout au long de l’année 1850 face à ses opposants.

François Martin perdit sa femme en 1850. Remarié le 29 juin 1851 avec la veuve Pogu, il demanda la citoyenneté américaine le 21 septembre 1852. La même année, sa fille Laurence et sa petite-fille Hélène moururent à leur tour.

François Martin vivait toujours à Nauvoo en 1854 avec sa deuxième épouse, leur fille (Marie-Ève, née le 30 août 1852) et trois belles-filles ; il y travaillait comme bûcheron, sa femme comme repasseuse.

François Martin était membre de la Gérance de Nauvoo en 1855, avec le titre de directeur de l’Industrie. Son mandat arrivant à expiration le 3 février 1856, une élection devait soit le réélire (il était candidat) soit pourvoir à son remplacement. Peu soucieux qu’un opposant soit élu à la Gérance à la place d’un allié fidèle, Cabet demanda le report de l’élection. Arguant du fait que la constitution avait été violée, 55 Icariens, emmenés par Prudent, Gérard et Mourot quittèrent bruyamment la salle où devait avoir lieu le vote d’ajournement demandé par le président d’Icarie ; 12 autres refusèrent de s’approcher de l’urne tandis que 69 fidèles votaient l’ajournement. Ce fut la dernière fois que Cabet parvint à rassembler derrière lui une majorité de votants au sein de la communauté.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article164504, notice MARTIN François, Marie [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 23 septembre 2014, dernière modification le 23 septembre 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : BN, Nafr. 18 150, f. 121 ; Naturalization Records, Hancock County, Ill. ; Federal census 1850 ; Le Populaire de 1841, passim ; Colonie icarienne, 26 juillet, 27 septembre 1854 ; Fernand Rude, « Allons en Icarie ». Deux ouvriers viennois aux États-Unis en 1855, Grenoble, PUG, 1980, p. 172 ; Notes de Robert Sutton et François Fourn.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément