MALAYRACH François, Laurent, Michel

Par André Balent

Né le 30 septembre 1912 à Bouleternère (Pyrénées-Orientales), mort le 30 juillet 1944 à Belvis (Aude), des suites d’un accident au maquis ; militaire de carrière (armée de l’Air) ; résistant du maquis de l’Armée Secrète (AS) de Picaussel (Aude).

Maquis de Picaussel (Aude), section des aviateurs, printemps-été1944
À l’extrême-gauche, l’adjudant-chef François Malayrach (1912-1944) ; à l’extrême-droite le sergent Justin Baudry, morts dans un accident en service commandé le 27 juillet 1944
SOURCE : Lucien Maury (éd.), op. cit., 1980, p. 330

François Malayrach était le fils de Michel, charbonnier, et de Dolorès Gambaou, âgés respectivement en 1912 de trente-huit et trente-sept ans. Il se maria le 8 janvier 1937 avec Andréa, Françoise Sibieude, à Bouleternère, une commune roussillonnaise de la vallée de la Têt, au pied du massif des Hautes Aspres. Le couple eut deux enfants.

Militaire de carrière, dans l’armée de l’Air, il avait en 1942 le grade d’adjudant. Il était affecté à la DCA (Défense contre l’aviation). En 1944, il résidait à Bouleternère.

Avec quelques anciens de l’Aviation (Roger Raoux, Albert Gibelin, Marcel Pradier, Guy Zona, Lucien Roustan, Roger Duhamel, Justin Baudry et Jean Berthier, les trois derniers morts dans les mêmes circonstances que lui) il avait gagné le maquis de Picaussel (AS) — Voir Carbou Jean — commandé par l’instituteur de Lescale (Aude), Lucien Maury (1945-1988). Les "aviateurs" formaient un des huit sections entre lesquelles étaient répartis les combattants de Picaussel. Ils avaient une baraque attitrée.

Le 25 juillet 1944, un exercice de tir au mortier, un tube de 50 mm, eut lieu au maquis, dans la forêt de Picaussel (commune de Puivert, Aude). Un projectile éclata lors du tir et provoqua la mort de François Malayrach et de quatre autres maquisards (Jean Berthier, Roger Duhamel, Justin Baudry et Albert Papon) et en blessa neuf autres (chiffres donnés par Julien Allaux, op. cit., p.205. Lucien Maury (op.cit, 1980, p. 227) parle de sept morts et onze blessés. Mais il fait état que de la mort de cinq maquisards à la suite de cet accident. La date officielle des décès des cinq tués est le 26 juillet 1944. François Malayrach, cependant, a dû succomber à ses blessures car son décès a été enregistré dans la commune voisine de Belvis, au sud de la forêt de Picaussel (commune de Puivert) où était cantonné le maquis .Les blessés furent transportés à Quillan (Aude)— le bourg fut momentanément occupé par un détachement du maquis de Picaussel — où ils furent soignés par les docteurs Jean Patounas (Voir Marx Charles) et Deixonne, puis mis à l’abri dans les environs de Belcaire (Aude).

Il y a un dossier (au SHD, AVCC, Caen, cote 21 P 82181). Il fut homologué combattant des FFI. Il reçut la mention "mort pour la France". Il est précisé, de façon erronée, qu’il mourut au combat, tué à l’ennemi. Le nom de François Malayrach figure sur la plaque-mémorial du maquis de Picaussel à Puivert (Aude). Il est également inscrit sur le monument aux morts de Bouleternère, et sur une des plaques des morts pour la France apposée dans l’église de de ce village.

Puivert (Aude), maquis de Picaussel, AS, morts des suites d’un accident le 25 juillet 1944, voir : Justin Baudry, Jules Berthier, Roger Duhamel, François Malayrach, Albert Papon

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article164717, notice MALAYRACH François, Laurent, Michel par André Balent, version mise en ligne le 24 septembre 2014, dernière modification le 24 juin 2022.

Par André Balent

Maquis de Picaussel (Aude), section des aviateurs, printemps-été1944
À l’extrême-gauche, l’adjudant-chef François Malayrach (1912-1944) ; à l’extrême-droite le sergent Justin Baudry, morts dans un accident en service commandé le 27 juillet 1944
SOURCE : Lucien Maury (éd.), op. cit., 1980, p. 330

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen, AVCC, 21 P 82181. — Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 E 4709, état civil de Bouleternère (1903-1912), acte de naissance de François Malayrach et mention marginale. — Julien Allaux, La 2e guerre mondiale dans l’Aude, Épinal, Éditions du Sapin d’Or, 1986, 255 p. [p. 205]. — Ramon Gual, Jean Larrieu,« Documents, photos, presse ... De la Résistance à la Libération », Terra Nostra, n°93-94-95-96, Prades, 1998. — Lucien Maury (dir.), La résistance audoise (1940-1944), tome II, Carcassonne, comité d’Histoire de la Résistance du département de l’Aude, 1980, 439 p. [p. 222, 223, 227]. — Lucien Maury, Picaussel, 1944-1994, Puivert, Amicale des anciens du maquis de Picaussel, 1994, 35 p. [p. 32]. — Notes de Georges Sentis.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable