PARENT Hippolyte, Achille, dit Nicaise Barthélemy, Narcisse [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Né le 25 janvier 1839 au Transloy (Pas-de-Calais), Hippolyte Parent était courtier en vins. Du 10 novembre 1859 au 14 juin 1870, il subit cinq condamnations de trois mois à trois ans de prison pour escroquerie, abus de confiance, faux en écritures, coups, blessures et tentative d’évasion par bris de prison (dernière condamnation : six mois de prison). Pendant la Commune, il commanda l’Hôtel de Ville avec le grade de colonel. Selon Édouard Vaillant, le samedi 27 mai, le colonel Parent aurait reçu de Varlin ses pouvoirs de délégué à la défense de Paris et il « fit face avec courage aux difficultés suprêmes ». Lissagaray, par contre, se montre sévère pour le « soi-disant colonel Parent, de ces êtres qui poussent sur les détritus des défaites... » Parent fut condamné par contumace, le 31 août 1872, par le 4e conseil de guerre, à la peine de mort. Les services de police se demandaient en 1872 s’il y avait identité avec le propriétaire londonien d’un commerce prospère de vins de Bordeaux. Des rumeurs annoncèrent qu’il s’était réfugié aux États-Unis, après avoir quitté Londres et « commis de nombreuses escroqueries. »

Il semble en effet qu’Hippoyte Parent soit parti aux États-Unis où il aurait été rejoint par Régère fils. On notera toutefois, qu’une lettre de ce dernier adressée à Londres le 26 mai ne faisait aucunement mention de Parent.

Était-ce Hippolyte Parent (Parrent) qui, en mars 1873, était avec J. Bedouch et Bergeron (voir ces noms), l’un des trois représentants officiels de la Société des Réfugiés de la Commune à New York ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article165030, notice PARENT Hippolyte, Achille, dit Nicaise Barthélemy, Narcisse [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 27 septembre 2014, dernière modification le 27 septembre 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/858, n° 3185 S 79 ; Arch. Min. Guerre, 4e conseil (n° 675) ; Arch. PPo., listes de contumaces et listes d’amnistiés, et Ba/428, rapport daté de Londres, 22 avril 1873 ; Le Socialiste, 9 mars 1873 ; Georges Bourgin, Gabriel Henriot, Procès-verbaux de la Commune de Paris, Paris, Leroux puis Lahure, 1924-1945, t. II, p. 515-516 ; CDRom Maitron.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément