PÉPIN Étienne, Stephen [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot, Daniel Cahen

Né d’un père canadien et d’une mère française, Étienne Pépin fut baptisé le 27 janvier 1838 peu après sa naissance à Napierville (Québec, Canada). Il arriva aux États-Unis avec son père en 1846 et s’installa à La Nouvelle Orléans où il exerça le métier de tailleur de pierres. Il partit en 1864 à Topeka (comté de Shawnee, Kansas) et y fit la connaissance de Charles Jules Leroux, dont il épousa trois ans plus tard la fille Héloïse (dite Lisette ou Lizzy) (1843-1929). Il fut un membre actif de la colonie de "New Humanity" à Neuchatel (comté de Nemaha, Kansas) jusqu’à ce qu’un feu de prairie cause aux exploitations d’importants dégâts en 1873. Il reprit alors son premier métier à Topeka.

Étienne, dit souvent Stephen, eut avec Héloïse trois enfants, deux filles et un garçon, Georges Étienne (1868-1926), Hélène (1874-1930) et Jeannette (1880-1960), tous nés à Topeka.

Il reprit la propriété de son beau-père en 1876 quand celui-ci partit s’installer comme imprimeur avec sa famille et celle d’Armand Dehay (1842-1923) dans la communauté icarienne de Corning (comté d’Adams, Iowa), où il restèrent jusque vers 1880.

Étienne Pépin fit le voyage jusqu’en Californie en 1881 pour participer au lancement de la colonie d’Icaria Speranza au Sud de Cloverdale (comté de Sonoma, Californie). Trois des quatre chefs des familles constituant la communauté en 1883 (Étienne Pépin, Ami Zurcher (1840-1918), Armand Dehay) étaient beaux-frères, ayant chacun épousé une fille de Jules Leroux.

Mais Étienne Pépin n’habita jamais à Icaria Speranza. Il resta à Topeka d’où il gérait les terres de Neuchatel tous en exerçant son métier de tailleur de pierres .

Étienne Pépin mourut le 23 février 1920 à Topeka, où il y fut enterré deux jours plus tard par ses enfants.

Étienne Pépin pourrait être le Pépin, dont le nom apparut en 1872 parmi les membres et sympathisants de la section française n° 14 de l’AIT de Saint Louis (Missouri) qui versèrent de l’argent aux souscriptions organisées par les Internationaux au profit des réfugiés de la Commune et des grévistes de Monthey (Suisse).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article165080, notice PÉPIN Étienne, Stephen [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, Daniel Cahen, version mise en ligne le 27 septembre 2014, dernière modification le 14 novembre 2022.

Par Michel Cordillot, Daniel Cahen

SOURCES : Le Socialiste, 20 janvier, 4 mai 1872 ; L’Étoile du Kansas, 1er décembre 1873 ; Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet, Paris, Cornély & cie, 1907, p. 575 ; Dale Larsen (ed.), A History and Census of the Icarian Communities : Soldiers of Humanity, The National Icarian Heritage Society, sl, 1998, p. 291 ; Note de Robert Sutton et Daniel Cahen.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément