DEMOULIN Marcelin.

Par Jean Puissant

Jemappes (aujourd’hui commune de Mons, pr. Hainaut, arr. Mons), 2 juillet 1908 – 24 septembre 1965. Ouvrier mineur, militant communiste puis secrétaire fédéral du Borinage (pr. Hainaut), résistant, conseiller communal, échevin de Jemappes, député communiste de l’arrondissement de Mons, époux en premières noces de Liliane Thonet.

Né dans une famille de mineurs, cadet de six enfants, le père de Marcelin Demoulin, Joseph, est mineur, sa mère, Angélique Ruelle, couturière. Il suit l’école primaire et devient ouvrier d’atelier à Douvrain (aujourd’hui commune de Saint-Ghislain, pr. Hainaut, arr. Mons) puis travaille au charbonnage de l’Espérance.

Marcelin Demoulin adhère au Parti communiste belge (PCB) en 1932, dans le courant ou à la suite des grèves de 1932 dans la région. Il entre au Secours rouge, dont il devient le secrétaire régional en 1937, et à la Centrale révolutionnaire des mineurs, puis au Syndicat unique des mineurs après la guerre. Il suit des cours de formation avec Xavier Relecom. Il adhère également aux Amis de l’URSS.

Militant communiste devenu secrétaire fédéral du Borinage (pr. Hainaut) en 1939, Marcelin Demoulin est arrêté deux fois durant la « Drôle de guerre », au printemps 1940, mais sans conséquence. Il gagne la France et regagne le Borinage en août, comme de nombreux participants à l’exode. Il tente de reprendre ses activités dans le Borinage central, participe à la parution de La Voix boraine. Recherché par la police allemande pour un vol d’explosif, il gagne Bruxelles, désormais clandestin. En 1941, il est renvoyé dans le Borinage par la direction du parti comme instructeur. Il est le responsable de « Notre Solidarité ». Au printemps 1942, il remplace Alphonse Bonenfant comme secrétaire politique de la Fédération de Tournai.
En juin 1943, Marcelin Demoulin est envoyé dans le bassin du Centre (pr. Hainaut) pour y prendre la tête du PC jusqu’à la fin de la guerre. Il y participe à la relance temporaire du clandestin L’Espoir, collabore au Métallo.

Marcelin Demoulin est élu membre du Comité central du parti en 1946. Il fait partie des vingt-deux élus communistes à la Chambre en 1946. Secrétaire de la Fédération boraine, il est également membre de la CCP centrale (Commission de contrôle politique) et de celle de sa Fédération. Il est donc l’un des deux députés communistes de Mons avec près de 29% des voix dans l’arrondissement (le Parti socialiste belge obtient quatre sièges et le Parti social-chrétien, un). Il prend une seule fois la parole à la Chambre sur les questions de ravitaillement (1948). Non réélu en 1949, il est suppléant. Il est conseiller communal de Jemappes de 1946 à 1958). Réélu en 1965, il devient échevin de l’Instruction publique, peu avant sa mort brutale d’un AVC.

Athée, décoré de la Croix de guerre avec palme et de la médaille de la Résistance, Marcelin Demoulin est l’époux de Liliane Thonet, résistante communiste (1917-1949), puis d’Émilie Moulin avec qui il a une fille. Il est également l’oncle de Gustave Dutrieux.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article165133, notice DEMOULIN Marcelin. par Jean Puissant, version mise en ligne le 27 septembre 2014, dernière modification le 6 décembre 2019.

Par Jean Puissant

SOURCES : CArCoB, Dossier n° 3028 – MAERTEN F., Du murmure au grondement. La résistance politique et idéologique dans le Hainaut (1940-1944), 3 vol., Mons, 1999 – Notice réalisée par G. Deneumostier, section Journalisme de l’Université libre de Bruxelles, 2005.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément