BERTRAND Constant

Par Jacques Ungerer

Instituteur ; militant du Syndicat national des instituteurs dans le Bas-Rhin.

Originaire de Normandie, Constant Bertrand devient instituteur dans le Bas-Rhin après le retour de l’Alsace à la France en 1918. Le 27 novembre 1921, il fut élu au comité départemental du SNI. En janvier 1926, il était secrétaire adjoint de ce comité ; en mars 1926, il devint trésorier adjoint de la section et garda cette fonction jusqu’en 1932.
Cette année-là, il était directeur d’école à Schiltigheim. En mars 1930, il avait été élu membre titulaire du conseil départemental de l’enseignement primaire, au titre du cadre général (hommes), il y fut réélu en 1933. En revanche, il fut battu au second tour en 1937 par un candidat issu de la coalition entre l’UN (nationaliste) et le Groupement Rossé (autonomiste). En décembre 1938, il renonça à se présenter aux élections au conseil départemental.

Dans le Bulletin départemental du SNI, il prit à plusieurs reprises position pour l’aménagement du statut scolaire local d’Alsace et de Lorraine. En janvier 1927, il suggéra qu’on prenne sur les heures obligatoires de religion pour améliorer l’enseignement de l’allemand. En novembre 1933, il demanda un enseignement de la morale pour les élèves dispensés de religion, à la suite de la circulaire Guy La Chambre. En janvier 1935, il traita des difficultés pédagogiques particulières à la région. En décembre 1936, il demanda que les quatre heures de religion soient placées hors programme. En novembre 1937, il s’éleva contre la pusillanimité des ministres du Front populaire face au chantage clérical : rien n’était fait pour dispenser les instituteurs de l’enseignement de la religion.

Après la Libération, Constant Bertrand revint en Alsace et reprit ses activités syndicales. Il fut l’un des deux représentants de la section du Bas-Rhin au conseil national des 18-19 juillet 1945. Il intervint le 19 sur la question du logement des instituteurs pour signaler "des réquisitions abusives de l’armée dans la région de Strasbourg". Rédacteur du Bulletin départemental, il fut chargé également de la défense laïque. Il fut également membre du Conseil supérieur d’enquête chargé de l’épuration du corps des instituteurs. En octobre 1947, pour son départ à la retraite, le ministre de l’Éducation Nationale, Marcel-Edmond Naegelen, président d’honneur de la section départementale du SNI, lui remit la Légion d’honneur. Bertrand présida encore l’assemblée générale de la section départementale le 17 juin 1948. Il se retira en Normandie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16534, notice BERTRAND Constant par Jacques Ungerer, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 15 octobre 2021.

Par Jacques Ungerer

SOURCES : L’École libératrice, 25 septembre 1946. — Bulletin départemental du SNI du Bas-Rhin

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément