BÉRY Jean

Par René Crozet

Né le 25 février 1918 à Tomblaine (Meurthe-et-Moselle), mort le 14 mars 1979 à Nancy (Meurthe-et-Moselle) ; instituteur ; syndicaliste (SNI) et militant mutualiste (MGEN) de Meurthe-et-Moselle.

Jean Béry était le fils d’exploitants d’un bar à Nancy qui eurent un autre enfant. Après ses études à l’École normale d’instituteurs de Nancy, il fut nommé instituteur en 1937, avant de devenir plus tard directeur de l’École d’application associée à l’École normale. Il se maria avec une secrétaire de mairie, plus tard secrétaire de la Mutuelle accident élève (MAE), le couple eut deux enfants.

Après avoir été blessé au début de la guerre, en 1940, Jean Béry entra dans la Résistance et reçut la Croix de guerre avec citation.

Militant syndicaliste au SNI, il fut élu au conseil syndical de la section de Meurthe-et-Moselle. Jean Béry fut un actif militant mutualiste, à la MAE, à la MAIF mais surtout à la MGEN. Il présida la section de Meurthe-et-Moselle de la MGEN de 1967 à 1978, après en avoir été vice-président. À la même période et dans ce département, il présida les sections de l’Union mutualiste universitaire (UMU) et de l’Association mutualiste universitaire (AMU). Il fut élu administrateur national de la MGEN de 1963 à 1979, participant aux commissions suivantes : statuts, formation mutualiste, presse et propagande, personnel. Il fut également membre du conseil supérieur de la mutualité.

Jean Béry était chevalier de la Légion d’honneur et titulaire de l’ordre du Mérite national, titulaire des Palmes académiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16563, notice BÉRY Jean par René Crozet, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 14 septembre 2020.

Par René Crozet

SOURCES : Documentation MGEN. — Renseignements fournis par Alain Béry, fils de Jean Béry (mars 1999)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément