CAMUS René, Louis

Par Delphine Leneveu

Né le 7 septembre 1892 à Paris, fusillé le 27 novembre 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; voyageur de commerce ; résistant, membre du réseau Georges-France 31.

Fils de Louis Camus, voyageur de commerce, et de Marie (née Soubrillard), René Camus était marié, en secondes noces, à Hélène (née Bolla) et père d’un enfant. Il résidait à Paris.
Membre du réseau Georges-France 31, il fut en charge de donner des renseignements sur la sortie de camions allemands de certaines usines et probablement de l’envoi de courriers vers la zone libre ainsi que de renseignements au sujet des bases et des chantiers de la Marine de Lorient.
Il fut arrêté le 2 novembre 1941 à son domicile parisien par les autorités allemandes pour « espionnage et complicité d’espionnage » puis interné à la prison de Fresnes (Seine, Val-de-Marne).
Condamné à mort le 12 novembre 1942 par le tribunal militaire du Gross Paris, René Camus a été fusillé le 27 novembre 1942 à 16 h 07 au Mont-Valérien.

L’abbé Stock, aumônier allemand écrivit :
« 16 exécutions. Visite à Fresnes, où appris que 16 exécutions prévues pour l’après-midi.
Darritchon Alexandre  ; Gontier Pierre  ; Ross René ; Netter Jean ; Vinçon ; Chevaux ; Huet Pierre ; Leblond Charles ; Camus René ; Roussel Ernest ; Hugon A.Casimir  ; Mascré ; Renard Maxime ; Massé Eugène.

Camus était devenu un homme vrai et pieux ; avait déjà souvent communié auparavant (...) L’’exécution eut lieu à 4 heures au Mont-Valérien. N’en suis parti qu’à 5h30. Arrivâmes au cimetière, tout était fermé. Nous finîmes par y entrer, avec des lanternes. Il faisait déjà nuit noire. Les 16 furent enterrés vers 7 heures environ. 47ème div.2ème ligne. »
Maurice Daniel et Maxime Fournat appartenaient à ce groupe de victimes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article165653, notice CAMUS René, Louis par Delphine Leneveu, version mise en ligne le 1er octobre 2014, dernière modification le 13 novembre 2020.

Par Delphine Leneveu

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – État civil. — Abbé Stock, Journal de guerre, op.cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément