BESANÇON Joseph [BESANÇON Charles, Joseph, Auguste]

Par Jacques Girault

Né le 19 décembre 1898 aux Pontets (Doubs), mort le 12 octobre 1982 à Pontarlier (Doubs) ; instituteur ; militant syndicaliste du SNI ; franc maçon, socialiste, conseiller municipal de Pontarlier (1947-1971).

Fils d’un douanier, ancien combattant de la guerre de 1870, remarié, père de quatre enfants, Joseph Besançon reçut une éducation catholique et se maria à l’église. Élève du cours complémentaire de Mouthe, il entra à l’école normale d’instituteurs en 1915. Mobilisé au début de 1917, démobilisé deux ans plus tard, il fut nommé instituteur en 1920 à Pontarlier et y demeura pendant toute sa carrière (groupe scolaire Pontarlier-gare, puis à partir de 1945, groupe Pontarlier-Ville). Toutefois son témoignage n’indiquait pas qu’il fut menacé de radiation par la section socialiste SFIO de Besançon à laquelle il adhérait en 1927.

Membre de l’amicale puis du Syndicat national des instituteurs, longtemps responsable cantonal, gréviste le 12 février 1934 et le 30 novembre 1938, Joseph Besançon fut élu au conseil départemental de l’enseignement primaire en 1935 et le demeura jusqu’à la guerre. Membre de la commission exécutive de la section départementale de la Fédération des fonctionnaires, il la représenta dans plusieurs congrès nationaux. En même temps, il fut conseiller municipal de Villedieu-les-Mouthes entre 1925 et 1935. Il participa activement à l’accueil des réfugiés espagnols et hébergea personnellement une jeune fille. Il fut mobilisé comme adjudant dans l’artillerie au fort de Joux. Au début de l’occupation allemande, son domicile fut perquisitionné.

Besançon s’était marié en août 1922 à Morteau (Doubs). Le couple eut deux garçons. Son épouse était la concierge de la loge maçonnique « Amitié-Progrès » (Grand-Orient de France). Initié en 1926, maître en 1928, secrétaire de 1928 à 1936, vénérable (1937, 1938), il fut révoqué le 2 octobre 1941. Il devint employé aux écritures aux abattoirs municipaux et aida à la rédaction de tracts. Il retrouva son emploi d’instituteur en 1945.

À la Libération, Besançon retrouva son siège au conseil départemental et fut membre du conseil syndical du SNI jusqu’à sa retraite comme directeur de l’école du Lapidaire (groupe scolaire Raymond Vallier) en 1955. Il devint par la suite le responsable de la section départementale de la Fédération générale des retraités de la fonction publique, responsabilité qu’il exerça jusqu’en 1974.

Socialiste depuis 1924 (selon son témoignage) ou 1927 (selon d’autres sources), Joseph Besançon fut élu en mars 1947 conseiller municipal sur la liste du Parti socialiste SFIO. Renouvelé en mai 1953 et en mars 1959 aux deuxièmes tours après fusion des deux listes de gauche, il devint deuxième adjoint au maire en 1959, après avoir obtenu le plus grand nombre de suffrages. Dans ces trois élections, les résultats étaient serrés. Ainsi en 1959, le conseil municipal comprenait douze élus de gauche, treize de droite et deux du centre. Pour barrer la route au sénateur du Centre national des indépendants, Henriet, gauche et centre s’entendirent : au centre revenait les postes de maire et de premier adjoint, à la gauche les trois autres postes d’adjoints. En mars 1965, élu conseiller municipal sur la liste d’Union pour le développement au deuxième tour, à nouveau en tête des suffrages exprimés, candidat sur le poste de maire, il obtint huit voix et fut battu par le candidat du centre. Il demeura conseiller municipal jusqu’en 1971. À son décès, la presse notait son activité dans le club du troisième âge qu’il avait contribué à créer et dont il fut le président d’honneur. En outre, il s’occupa des questions scolaires et une école maternelle porta son nom jusqu’à sa fermeture en 2002.

Membre du Parti socialiste, affilié à la loge « Sincérité Parfaite. Union et Constante Amitié » (Grand-Orient de France) à Besançon, il revint à la loge « Amitié-Progrès » quand elle reprit vie en 1961. Joseph Besançon fut enterré civilement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16566, notice BESANÇON Joseph [BESANÇON Charles, Joseph, Auguste] par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 4 janvier 2022.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. mun. Pontarlier (Madame A. Brischoux). — Presse syndicale et locale. — Renseignements fournis par l’intéressé et par son fils.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément