BESANGER Jacques

Par Jacques Girault

Né le 16 février 1943 à Donzenac (Corrèze), mort le 20 août 2014 à Marolles (Calvados) ; instituteur ; responsable communiste en Corrèze puis dans le Calvados jusqu’en 1981.

Jacques Bésanger était le fils d’un artisan, membre du Parti communiste français, qui, après les Chantiers de Jeunesse et le Service du travail obligatoire, entra dans la Résistance, avant de travailler au journal communiste L’Echo du Centre, et d’une ouvrière spécialisée, elle aussi membre du PCF ; se parents le firent baptiser et l’envoyèrent au catéchisme. Après avoir fréquenté le lycée Cabanis à Brive et obtenu le baccalauréat, il entra à la faculté des sciences de Clermont-Ferrand et obtint quelques certificats de la licence de physique-chimie.

Il adhéra à l’Union nationale des étudiants de France et à l’Union des étudiants communistes en 1961. Maître d’internat au lycée Blaise Pascal de la ville (septembre 1961-janvier 1962) puis au lycée de Riom (février 1962-juin 1963), il obtint un poste de maître auxiliaire au lycée d’Objat (Corrèze) de 1963 à 1966. Il adhéra au PCF en 1963. Élu membre du comité de la Fédération communiste de Corrèze en 1964, il le demeura jusqu’en 1966.

Jacques Bésanger épousa uniquement civilement, en décembre 1963 à Donzenac, Michelle Guichard, maîtresse d’éducation physique et sportive, membre du PCF, fille d’un employé de la SNCF. Ils eurent deux enfants. Son épouse mourut dans un accident de la route. Il se remaria en novembre 1970 avec Marie-Claude Molères, institutrice communiste.
Réformé, Jacques Bésanger commença en septembre 1966 des suppléances d’instituteur, ainsi que son épouse, dans la région de Lisieux (Calvados). Titularisé en 1970, il exerça à l’école Saint-Exupéry à Hauteville (Lisieux) de 1972 à 1998, année de sa retraite.

Il devint immédiatement secrétaire à l’organisation de la section communiste et fut intégré dans la commission de contrôle financier de la fédération communiste du Calvados en 1969-1971. En 1971, il fut candidat aux élections municipales et, en 1973, candidat aux élections cantonales. Avec son épouse, il adhérait au Syndicat national des instituteurs et à l’association France-URSS. Il fut le vice-président puis le président d’associations de quartier (1968-1972, 1972-1976).

Jacques Bésanger quitta le Parti communiste en 1981, désapprouvant l’entrée de ministres communistes au gouvernement. Il adhéra au SNUipp (FSU) en 1992. En 2004, il habitait Marolles, où il décéda dix ans plus tard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16568, notice BESANGER Jacques par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 15 octobre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément