ROBERT Pierre, Octave, Élie

Par Jacques Girault

Né le 10 mai 1935 à Joigny-sur-Meuse (Ardennes), mort le 28 mai 2003 à Joigny-sur-Meuse ; directeur d’un institut médico-pédagogique ; militant du PSU ; conseiller municipal de Rocroi (Ardennes).

Pierre Robert aux Sapins dans les années 1960.
Pierre Robert aux Sapins dans les années 1960.

Fils unique d’un commis des PTT et d’une dactylographe qui habitaient Poissy (Yvelines), Pierre Robert reçut les premiers sacrements catholiques. En raison de la captivité de son père pendant toute la guerre en Allemagne, il fut partiellement élevé par ses grands parents (artisan cloutier marié avec une ouvrière de fonderie, mouleur marié avec une couturière), repliés à Saint-Amand (Deux-Sèvres). Au retour de son père en 1945, ses parents repartirent pour Poissy et il fut élève du lycée Marcel Roby à Saint-Germain-en-Laye. Reçu au baccalauréat, après une année en classe de Mathématiques supérieures, élève dernière année de l’École normale d’instituteurs de Charleville, il fut nommé instituteur en octobre 1955 à Laifour.

Robert effectua son service militaire en Algérie dans un régiment de cavalerie. Refusant de participer aux opérations militaires, sanctionné, puis gestionnaire-comptable de son unité, il termina son temps militaire hospitalisé à Saint-Germain-en-Laye, comme soldat de deuxième classe.

Robert reprit son métier à Braux (Ardennes). En 1960, il demanda sa mutation pour une classe de perfectionnement qu’il obtint en 1961 à Charleville puis effectua une formation pour l’enfance inadaptée à Beaumont-sur-Oise (Seine-et-Oise).

Il se maria uniquement civilement en décembre 1961 à Paris (XVe arr.) avec la fille d’un maçon devenu compteur à Transport presse à Paris. Sténo-dactylo, devenue auxiliaire de puériculture puis infirmière, elle effectua des études dans le secteur médico-social. Elle devint après son mariage infirmière médico-scolaire dans les Ardennes. Ils eurent deux enfants.

Andrée Viennot*, maire de Rocroi (Ardennes), projetait de créer un centre aéré et un centre médico-pédagogique dans le château des Sapins. Par l’intermédiaire de Camille Hermange, responsable de l’Association nationale des communautés d’enfants, en relations avec les Francs et franches camarades, elle confia la direction du centre aéré à Robert dont l’épouse devint infirmière à partir de juillet 1963, avant de se charger de l’accompagnement des familles. L’année suivante un institut médico-pédagogique, confié à Pierre Robert, pionnier dans les Ardennes, se développa régulièrement par la suite, intégrant dans ses objectifs notamment la formation continue et la formation intégrée aux situations du travail, devenant un IMPro.

Robert adhéra au Parti socialiste unifié en 1964 et fut élu conseiller municipal de Rocroi en 1965 à 1989. Il adhéra au début des années 1970 au Parti socialiste.

Militant du Syndicat national des instituteurs, ayant obtenu le titre de directeur d’établissement spécialisé, il termina sa carrière comme directeur de l’IMP “Les Sapins“ qui prit le nom, sur sa proposition, d’Andrée Vienot.

Robert, retraité, vint habiter sa commune natale avec son épouse. Il fut délégué départemental de l’Éducation nationale.

Détaché de toute religion depuis son adolescence, devenu libre-penseur, il fut incinéré après des obsèques civiles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article165697, notice ROBERT Pierre, Octave, Élie par Jacques Girault , version mise en ligne le 2 octobre 2014, dernière modification le 27 mai 2022.

Par Jacques Girault

Pierre Robert aux Sapins dans les années 1960.
Pierre Robert aux Sapins dans les années 1960.

SOURCES : Arch. Nat., 581AP/104, 106. — Renseignements fournis par son épouse. — Note de Gilles Morin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément