PIOT Jacques

Né le 21 janvier 1933 à Paris (XIIIe arr.), mort le 20 avril 2004 à Paris (Ve arr.) ; typographe, adhérent du Syndicat général du Livre parisien, secrétaire général de la Fédération française des travailleurs du livre (FFTL) de 1971 à 1986 puis de la Fédération des industries du livre, du papier et de la communication (Filpac) de 1986 à 1989 ; membre du Parti communiste français.

Fils de Francine Heurtier, mécanicienne, et d’Ernest Piot, Jacques Piot commença son apprentissage de typographe en 1947 à quatorze ans, à l’imprimerie Grandchamps puis à l’imprimerie du Petit Écho de la mode. En 1956, il quitta cette entreprise pour la presse, notamment le Parisien libéré, dont il fut délégué syndical pendant neuf années.

Il adhéra à la CGT dès 1950, à la section des rotativistes du Syndicale général du Livre parisien. En 1965 il fut élu au comité fédéral national et au secrétariat fédéral de la Fédération française des travailleurs du livre. Lors du comité fédéral élargi de janvier 1967, il fut désigné secrétaire général adjoint au côté de Fernand Besnier. En 1971, il devint premier secrétaire général de la Fédération française des travailleurs du livre (FFTL) puis de 1986 à 1989 de la Fédération des industries du livre, du papier et de la communication (Filpac) qui remplaça la FFTL. En 1972, il était également membre de la commission exécutive confédérale de la CGT et en 1986 vice-président de la Fédération graphique internationales. Ensuite il fut secrétaire général de l’Union fédérale des retraités.

Pendant cette période de responsabilités syndicales, il eut notamment en charge à la fin des années soixante la préparation des conventions collectives de la presse régionale et départementale, et surtout la fusion pendant les années 1980 des organisations syndicales des industries graphiques et papetières, qui donna naissance à la Filpac en 1986.

Il s’était marié le 28 juillet 1951 à Paris (XIIIe arr.) avec Lydie Weisse, dont il divorça en juin 1970 puis, remarié le 19 décembre 1970 à Châtillon (Hauts-de-Seine) avec Violette Benoit, il se maria une troisième fois le 9 septembre 1976 à Châtillon avec Yolande Besenwald.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article165805, notice PIOT Jacques, version mise en ligne le 15 octobre 2014, dernière modification le 16 octobre 2014.

SOURCES : « Décès d’une figure du Livre » l’Humanité, 24 avril 2004. — La Vie ouvrière, n° 1169, 25 janvier 1967, p. 13. — Michel Muller, « Portrait de militant », HistoLivre, n° 6, octobre 2011, p. 18-19. — Notes de Marie-Cécile Bouju. — État civil.
Jean-Louis Muller, Libérez le Parisien, documentaire, 1976, 56 mn, 16 mm.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément