SAINTE-MARIE [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Communiste icarien, charron sellier à Paris, actionnaire du Populaire de Cabet, Sainte-Marie signa une adresse publiée dans ce même journal en 1844. Il collecta également des fonds pour les souscriptions lancées par Cabet en 1845-1846, et en 1847, il fut l’un des cent cinquante premiers admis dans la société constituée pour organiser le départ en Icarie.

Saint-Marie quitta la France le 21 novembre 1848 avec le troisième Grand départ du Havre. En mars 1849, il accepta de gagner le site Nauvoo (Illinois) avec les Icariens, mais il les quitta le mois suivant. Il fut déclaré traître et déserteur par l’Assemblée générale des membres de la communauté.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article165840, notice SAINTE-MARIE [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 6 octobre 2014, dernière modification le 6 octobre 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : Le Populaire de 1841, 1er juillet 1849 entre autres ; note de François Fourn.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément