BESSET Valentine, Rose, Jeanne

Par Jacques Girault

Née le 25 novembre 1894 à Valence (Drôme), morte le 30 juillet 1984 à Toulon (Var) ; professeur ; militante syndicaliste du SNCM et mutualiste de la MGEN.

Fille de professeurs (école primaire supérieure de garçons et École normale d’institutrices), Valentine Besset entra à l’École normale d’institutrices de Valence en 1910, obtint des certificats d’aptitude à l’enseignement de la gymnastique (1913), de la musique (1919) et effectua une quatrième année à l’École normale de Lyon pour préparer le concours de l’École Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses. Élève de cette école de 1914 à 1917, reçue au certificat d’aptitude au professorat des EPS et des écoles normales (Lettres) en 1917, elle enseigna comme professeur intérimaire (histoire anglais français) à l’École normale d’institutrices d’Orléans (Loiret) en 1917-1918. Par la suite, nommée professeure dans les EPS de Sisteron (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) en 1918, de Chambéry (Savoie) en 1919, elle rejoignit l’EPS de Toulon en 1920 où elle enseigna les lettres, l’histoire-géographie (où elle réussissait bien selon les rapports d’inspection), la musique, le chant.

Valentine Besset eut une fille en novembre 1929 et un autre enfant en octobre 1931. Mais dans les renseignements fournis plus tard dans sa notice individuelle, elle ne mentionnait pas de charges de famille. Elle participa volontairement au stage de formation pour devenir « maîtresse d’éducation générale » à Antibes (Alpes-Maritimes) en mars-avril 1942, fonction qu’elle occupa à partir de l’année 1941-1942 tout en s’occupant « activement » de scoutisme et de la Croix rouge. Sinistrée, comme beaucoup de Toulonnais, en juin 1944, avec l’autorisation de l’Inspecteur d’Académie, elle était repliée dans la Drôme à Anneyron où elle avait de la famille.

Professeur au collège moderne Tessé de jeunes filles, elle était secrétaire du Syndicat national des collèges modernes, vice-présidente de la société de secours mutuels des enseignants du Var, et devint vice-présidente de la section départementale de la MGEN lors de sa création le 13 mars 1947. L’inspecteur d’Académie, en février 1949, mentionnait dans son rapport : « ne refuse pas son concours lorsqu’on la sollicite pour des œuvres périscolaires ». Elle abandonna cette responsabilité au début des années 1950 pour raisons de santé. Elle figura sur la liste de candidats au conseil d’administration de la Caisse primaire de la Sécurité sociale sur la « liste d’action mutualiste et d’amélioration de la Sécurité sociale » en juin 1950. Candidate sur une liste analogue, en novembre 1955, elle y était mentionnée comme membre du CA de la MGEN.

En congé de maladie pendant les deux premiers trimestres de l’année 1956, à la suite d’une fracture de l’épaule consécutive à une chute dans les escaliers du collège, Valentine Besset prit sa retraite en septembre 1957, comme professeur certifiée, habitant le centre ville.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16598, notice BESSET Valentine, Rose, Jeanne par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 10 octobre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/26837. — Arch. Dép. Var, 1452 W 94. — Bulletin du SNCM. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément