BEUNON Georges, Albert dit GIRAULT

Par Claude Pennetier

Né le 15 février 1909 à Colombes (Seine), mort le 31 janvier 1945 à Neuengamme (Allemagne) ; tourneur ; syndicaliste et communiste du sud parisien.

Son père Jules était ébéniste et sa mère Joséphine née Batard était sans profession. Domicilié rue Baudin à Levallois-Perret, fils d’un ébéniste, Georges Beunon (dit Jojo, dit Girault) participa au congrès des Jeunesses communistes, tenu à Montigny-en-Goyelle (Pas-de-Calais) du 11 au 16 juin 1932 (voir Charrière*). Il était secrétaire de la région JC sud parisien en décembre 1932. Le 18 novembre 1933, il épousa Maria Hernando à Vitry-sur-Seine.

Georges Beunon fut un dirigeant syndicaliste de l’usine Panhard à l’époque du Front populaire,

Il participa à la résistance dans l’Allier.

Selon le témoignage d’ Eugène Marsat, déporté à Neuengamme, « Beunon Georges a été plus particulièrement chargé d’organiser, puis de commander le groupe Armé des Iles, pour cette période il peut être assimilé au grade de sergent, son commandement étant de huit hommes. Il effectua de nombreuses opérations de sabotage seul et à la tête de son groupe. Il participa, en particulier, au "coup d’état" du 6 janvier 1943, au sabotage de la ligne de Rochebut en avril 1943. Il fut chargé, peu avant son arrestation, d’effectuer un transport d’armes de Montluçon aux environs de Saint-Pourçain ».

Il fut arrêté le 5 mai 1943 à Montluçon par la police française et interné à Montluçon, Saint-Étienne et Lyon, puis condamné en février 1944 par le Tribunal de Lyon à 5 ans de réclusion et envoyé à la Centrale de Blois.

Le 21 mai 1944 il fit partie des 2004 hommes déportés de Compiègne à Neuengamme où il arriva le 24 dans le convoi N° I.214. Il reçut le matricule N° 31756 et après la quarantaine il resta au camp central de Neuengamme où il mourut le 31 janvier 1945.

Il figure dans l’ « État des morts et des disparus en France et des déportés » du Maquis Hoche, Pseudonyme « Richard » avec le grade de sergent dans les F.F.I. (Forces Françaises de l’Intérieur).Son nom a été gravé sur la stèle de Meillard (Allier).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16634, notice BEUNON Georges, Albert dit GIRAULT par Claude Pennetier, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 24 septembre 2016.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat. F7/13185. — Arch. PPo. 100. — Renseignements fournis par la ville de Colombes, 6 mai 1980. — : Association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l’Allier.

ICONOGRAPHIE : Le 13e arrondissement de Paris du Front populaire à la Libération, Paris, 1977, photo de Georges Beunon intervenant dans une assemblée générale du personnel de l’usine Panhard.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément