NETTER Jean, Nathan

Par Daniel Grason

Né le 12 décembre 1904 à Paris (Xe arr.), fusillé le 27 novembre 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; ingénieur aux chantiers navals de Saint-Nazaire-Penhoët ; membre du réseau Georges-France 31.

Né dans une famille d’origine juive, fils de Georges, docteur en médecine, et de Marguerite, née Caen, sans profession, Jean Netter devint ingénieur au terme de ses études à l’École centrale des arts et manufactures, promotion 1928. Célibataire, il travaillait aux chantiers de Penhoët à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique).
À la fin de l’année 1940 se forma le réseau Georges-France 31. Jean Netter en fit partie avec le grade de lieutenant. Il transmettait des renseignements sur les chantiers navals bretons et la base sous-marine de Lorient (Morbihan). Ces informations transitaient par la zone libre avant de gagner l’Angleterre.
La Police de sécurité et du service de renseignements de la SS (Sipo-SD), appelée communément la Gestapo, l’arrêta le 15 janvier 1942 à son domicile au 39 rue du Béarn à Saint-Nazaire. Transféré dans le quartier allemand de la prison de Fresnes, il fut interrogé, certainement torturé. Il comparut le 12 novembre devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.). Sur son dossier, les Allemands écrivirent « Juif ». Il fut condamné à mort pour « espionnage ». Le 27 novembre 1942 à 16 h 32, il fut passé par les armes au Mont-Valérien.
Son inhumation eut lieu dans le carré des corps restitués aux familles au cimetière d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne). Son nom figure sur le Livre d’Or de l’association des Centraliens à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine).
Le réseau Georges-France 31 fut homologué du 1er septembre 1940 au 1er janvier 1943.
Il fut déclaré Mort pour la France le 20 février 1950.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article166363, notice NETTER Jean, Nathan par Daniel Grason, version mise en ligne le 8 octobre 2014, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : DAVCC, Caen, Boîte 5 / B VIII 3, Liste S 1744 (Notes Thomas Pouty). – F. Marcot (sous la dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, R. Laffont, 2006. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Site Internet CDJC. – Mémorial GenWeb. – État civil, Paris (Xe arr.) et Saint-Nazaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément