BIDAULT Suzanne [née TURCAT Suzanne]

Par Julian Mischi

Née le 22 avril 1921 à Bommiers (Indre), morte le 27 octobre 2011 à Montluçon (Allier) ; sténodactylo puis permanente de l’UFF ; militante communiste et féministe UFF de l’Allier ; membre du comité fédéral du PCF de l’Allier (1945-1957), responsable départementale et nationale de l’UFF.

En décembre 2006
En décembre 2006

Suzanne Bidault, née Turcat, est la fille unique d’une mère femme de ménage sympathisante communiste, et d’un père mécanicien. Elle arriva à Montluçon (Allier) avec ses parents en 1922 car son père y fut embauché comme chauffeur de camion. Ce dernier était sympathisant socialiste, avait participé à la Première Guerre mondiale ; il fut décoré de la médaille militaire et eut de nombreuses citations. Il décéda alors qu’elle avait quinze ans. Suzanne Bidault était titulaire du certificat d’études primaires (mention Bien), avait ensuite suivi trois années de cours supérieur et possédait un diplôme supérieur de secrétaire sténodactylo. À partir de 1938, elle fut sténodactylo dans un laboratoire de la Station d’essais du comité central des Houillères de France, aux Ilets, à Montluçon où elle rencontra son futur mari qui était chimiste. Elle se maria le 19 octobre 1940 avec Jean Bidault qui fut le responsable du PCF à Montluçon de la Libération à 1965. En liaison avec le groupe des Francs-tireurs partisans français « 14 juillet », Suzanne Bidault était membre des milices patriotiques en 1943 et 1944 : elle effectuait des travaux de dactylo, de diffusion de tracts et de stockage d’armes.
Suzanne Bidault adhéra au Parti communiste français à la Libération, en août 1944, et milita à la cellule des Isles rattachée à la quatrième section de Montluçon, dont elle fut rapidement membre du comité de section. À cette date, elle quitta son emploi de sténodactylo à la Station d’essais pour devenir permanente et secrétaire départementale de l’Union des femmes françaises, et entra au comité fédéral du PCF de l’Allier. Après avoir suivi une école centrale de dirigeants fédéraux du 20 janvier au 15 février 1947, elle fut membre du bureau fédéral, chargée du travail parmi les femmes. Suzanne Bidault fut à deux reprises candidate en troisième position sur la liste du PCF lors des élections législatives de 1946 et 1951. Alors que les deux premiers candidats, Pierre Villon et Henri Védrines* furent élus, elle ne siégea pas à l’Assemblée nationale.
Suzanne Bidault fut permanente à temps plein de l’UFF jusqu’en 1949, date à laquelle elle cessa toute activité professionnelle pour des raisons de santé. Mise en invalidité, elle poursuivit tout de même ses activités de militante au PCF et surtout à l’UFF où elle faisait partie de la commission d’organisation nationale avec pour mission d’organiser les femmes paysannes dans plusieurs départements. Suzanne Bidault parcourut ainsi les départements de la Nièvre, du Cher, de l’Indre et du Lot-et-Garonne. Elle connut en 1952 huit jours de prison, suite à la manifestation violente qui se déroula à Montluçon le 28 mai contre la venue du général américain Ridgway. Elle fut arrêtée au hasard, au terme de la manifestation. En 1954, Suzanne Bidault se rendit en tant que responsable de l’UFF en Roumanie avec une délégation française pour le dixième anniversaire de la libération de la Roumanie ; elle y retourna l’année suivante avec son mari. Elle fut constamment réélue au comité fédéral jusqu’à la conférence fédérale de mai 1957, où elle ne fut pas reproposée du fait de son mauvais état de santé. Elle continua cependant ses activités de diffuseur de l’Humanité-Dimanche et de membre de l’Association nationale des anciens combattants de la résistance (ANACR). Comme son mari, elle prit progressivement ses distances avec le PCF pour le quitter définitivement en 1990.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16672, notice BIDAULT Suzanne [née TURCAT Suzanne] par Julian Mischi, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 9 janvier 2019.

Par Julian Mischi

En décembre 2006
En décembre 2006
Le couple le 20 octobre 2010 (70e anniversaire de mariage)
Le couple le 20 octobre 2010 (70e anniversaire de mariage)
Communiqué par Michèle Bidault van Tongeren

ŒUVRE : Jean et Suzanne Bidault, La manifestation du 6 janvier 1943, Montluçon, ANACR, 67 p.

SOURCES : Arch. fédération du PCF de l’Allier. — Renseignements communiqués par l’intéressée. — Notes de sa fille Michèle Bidault van Tongeren.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément