MARZOLF François, Georges (parfois orthographié MARZLOFF ou MARZOLF) alias Fontbonne Michel dans la résistance

Par Julien Lucchini, Léon Strauss

Né le 1er janvier 1922 à Strasbourg (Bas-Rhin), fusillé le 10 mai 1944 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ; étudiant ; résistant au sein de l’ORA.

Fils de Jean, Georges Marzolf, conseiller au tribunal administratif, et de Madeleine Zuber, François Marzolf était étudiant en droit à la faculté de Droit de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand.
Il était célibataire, domicilié 50 boulevard Pasteur à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).
Il fut résistant à l’ORA à partir d’une date qu’on ignore, empruntant le nom de Michel Fontbonne. Arrêté le 21 septembre 1943 pour espionnage. La police française indique une date d’arrestation le 14 février 1944 mais en ignorait le motif. Selon les dires de ses voisins, il faisait de fréquents voyages qui parfois duraient quinze jours. Sa famille avait quitté Clermont-Ferrand peu de temps avant une seconde rafle intervenue dans les locaux de l’Université le 8 mars 1944 après celle du 25 novembre 1943. C’est son frère Jean-Jacques qui régla ses loyers à partir de son arrestation.
Ce même 8 mars eut lieu un attentat contre les troupes allemandes boulevard Montlosier à Clermont-Ferrand. Outre les représailles immédiates sur les immeubles et la population environnantes, la seconde conséquence de cet attentat fut que les autorités allemandes donnèrent l’ordre à leur Justice Militaire, qui siégeait à Lyon d’accélerer les jugements des dossiers de "50 ennemis du Reich" et d’en assurer immédiatement l’application. C’est ainsi que François Marzolf fut condamné à mort par le tribunal du Sud de la France siégeant à Nîmes (Gard) le 11 mars 1944. Il en fut de même des étudiants Alfred Klein et Henri Weilbacher et Lieutenant Colonel Jacques Boutet chef régional de l’ORA.
Il a été fusillé le 22 mars ou 10 mai 1944, selon les sources, à Clermont-Ferrand.
Sur les murs de la prison, on a retrouvé une inscription qu’il avait signée avec le lieutenant-colonel Jacques Boutet exécuté le 10 mai : « Heureux d’avoir servi la France. » Il s’était marié quelques heures avant son exécution.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article166820, notice MARZOLF François, Georges (parfois orthographié MARZLOFF ou MARZOLF) alias Fontbonne Michel dans la résistance par Julien Lucchini, Léon Strauss, version mise en ligne le 4 novembre 2014, dernière modification le 14 février 2021.

Par Julien Lucchini, Léon Strauss

SOURCES : DAVCC, Caen, Liste S 1744 (Notes Thomas Pouty). – Gilles Lévy, Francis Cordet, À nous, Auvergne ! La vérité sur la résistance en Auvergne 1940-1944, Paris, 1974, p. 93, 117, 186, 220. – Eugène Martres, L’Auvergne dans la tourmente 1939-1945, Clermont-Ferrand, 1998, p. 283. – Henri Margraff, Le serment de Kirrmann, Colmar, 2009, p. 223. – Arch. dép. du Puy-de-Dôme : arrestations par les autorités allemandes. — SHD Vincennes, GR 16 P 400783, dossier résistant de François Marzlof (nc). — AVCC Caen, AC 21 P 89319, dossier François Marzolf (nc). — 1943-1944 : rafles et arrestations dans les bâtiments universitaires. 8 mars 1944 : Arrestations à l’Hôtel-Dieu. —État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément