KLAPER Efraïm (Félix), Szaja

Par Daniel Grason

Né le 22 septembre 1920 à Lublin (Pologne), déporté à Mauthausen (Autriche) ; tailleur ; militant communiste.

Fils d’Abraham et de Fajga née Tyszblat, Efraïm Klaper juif polonais demeurait chez sa mère au 44 Rue de la Folie-Méricourt à Paris XIe arr. Il obtint sa naturalisation française par décret le 2 juin 1939. Adhérent du parti communiste avant la guerre, il continua d’y militer après son interdiction par décret du 26 septembre 1939. Tailleur pour dames, il travaillait chez Judko Langman, un ami de sa mère. Il imprimait des papillons et des tracts à son domicile avec la ronéo qui y était entreposée. Ce matériel de propagande était ensuite répartit dans des entreprises et des quartiers.

Un ajusteur travaillant à la Société nationale de constructions aéronautiques (SNCAC), Maurice P… qui collait des papillons dans les W-C de l’usine fut dénoncé à la direction de l’entreprise. Interpellé par la police municipale, interrogé, il déclara qu’il lui avait été remis par un collègue Joseph G…, demeurant rue des Trois Bornes dans le XIe arr., il prononça le nom de Efraïm Klaper. La police perquisitionna le 2 décembre 1939 le domicile des Klaper, une machine à ronéotyper était saisie, ainsi que des tracts, des livres, revues et brochures édités par le parti communiste.

Le jour même des auditions et confrontations eurent lieu au commissariat de police de Boulogne-Billancourt. Efraïm Klaper reconnut les faits, il fabriquait tracts et papillons avec l’aide de son frère Hertz (Joseph). Marcel Pimpaud ex-dirigeant de la Jeunesse communiste et volontaire en Espagne républicaine mis en cause par Pierre P… nia, mais des tracts communistes étaient saisis chez lui. Inculpé d’infraction au décret du 26 septembre 1939, Efraïm Klaper était condamné le 17 avril 1940 à cinq ans de prison, mille francs d’amende et cinq années de privation de droits civiques par le 2e tribunal militaire de Paris. Les autres inculpés étaient également condamnés à une peine de prison. Le journal collaborationniste Le Matin annonça les arrestations et les condamnations. Il fut successivement incarcéré à la Santé, Poissy (Seine-et-Oise), Yvelines), Fontevrault (Maine-et-Loire), Blois (Loir-et-Cher) et Compiègne.

Le 22 mars 1944 il était dans le convoi à destination de Mauthausen (Autriche), les déportés arrivèrent trois jours plus tard. Efraïm Klaper était affecté au Kommando de Melk où travaillèrent dix mille détenus à la construction d’une usine souterraine de fabrication de roulements à billes pour les firmes Steyr, Daimler et Puch. Le 15 avril les détenus étaient évacués vers Mauthausen ou Ebensee, Efraïm Klaper était dans le second Kommando à la construction d’usines devant fabriquer de l’essence synthétique. Le 6 mars 1945 le camp était libéré par l’armée américaine commandée par le général Omar Nelson Bradley, Félix Klaper matricule 60100 était parmi les survivants.

Son frère Hertz (Joseph), condamné à trois ans de prison par le tribunal militaire de Paris, incarcéré à la Santé, à Poissy, puis à la prison de Fontevrault, il y mourut le 31 août 1940, à l’âge de dix-huit ans. Fajga sa mère partit dans le Cher avec les quatre enfants mineurs de son ami Judko Langman. Ce dernier fut interné le 21 août 1941 à Drancy, camp réservé aux juifs, le 27 mars 1942 il était dans le convoi n° 1 à destination d’Auschwitz (Pologne), il y mourut.
Efraïm Klaper vivait en 1959 au 9 Cité Trévise dans le IXe arr. de Paris, il demanda au ministère des anciens combattants et victimes de guerre la carte définitive de « déporté politique ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article166837, notice KLAPER Efraïm (Félix), Szaja par Daniel Grason, version mise en ligne le 21 octobre 2014, dernière modification le 23 octobre 2018.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., 1W 0556, CB 83.22. – Le Matin, 5 décembre 1939 et 19 avril 1940. – Roger Poitevin, Abbaye-Bagne de Fontevraud 1940-1944, Éd. AFMD 49, 2009. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – Site internet CDJC.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément