TORGUE Adolphe, Joannes, Henri, Gabriel [Pseudonyme dans la Résistance : Torquemada]

Par Julien Lucchini

Né le 17 novembre 1914 à Calais (Pas-de-Calais), fusillé le 27 décembre 1943 au fort de Bondues (Nord) ; architecte ; franc-maçon ; résistant, membre de l’Organisation civile et militaire (OCM).

Coll. Musée de la Résistance de Bondues.

Fils de Joannes Torgue, employé aux chemins de fer, et d’Henriette Belpaire, ménagère, Adolphe Torgue, architecte demeurant à Marcq-en-Barœul (Nord), s’était marié le 1er février 1936 à Marcq-en-Barœul avec Gabrielle Roeland.
Franc-maçon, il appartenait à la loge 672 (les Philadelphes) de l’Orient de Lille, et était lié d’amitié à Paul Lisfranc. Mobilisé en 1939 au 3e génie à Arras (Pas-de-Calais), il fut fait prisonnier à Dunkerque (Nord). Après s’être évadé, le 20 juin 1940, il rejoignit son domicile. Sous l’Occupation, il prit la tête de la Résistance de Marcq-en-Barœul et diffusa La Voix du Nord. Chef des secteurs de Marcq-en-Barœul, Marquette et Wambrechies, il était à la tête de cent cinquante hommes.

Il fut arrêté à son domicile de Marcq-en-Barœul le 2 septembre 1943 par la Gestapo pour « appartenance à une organisation de Résistance ». Il était devenu membre du réseau Centurie en janvier 1943, et avait rejoint l’OCM depuis 1942.

Le 12 décembre 1943, il fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand FK 678 de Lille. Il a été fusillé le 27 décembre 1943 au fort de Bondues par les autorités allemandes.

Une rue de Marcq-en-Barœul porte son nom, qui figure sur le monument commémoratif du fort Lobeau, à Bondues, ainsi que sur la plaque commémorative de la Grande Loge de France, à Paris (XVIIe arr.). Adolphe Torgue a été décoré, à titre posthume, de la Légion d’honneur et de la Médaille de la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article166870, notice TORGUE Adolphe, Joannes, Henri, Gabriel [Pseudonyme dans la Résistance : Torquemada] par Julien Lucchini, version mise en ligne le 4 novembre 2014, dernière modification le 27 novembre 2018.

Par Julien Lucchini

Coll. Musée de la Résistance de Bondues.

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 4 (Notes Thomas Pouty). – Musée de la Résistance de Bondues, Ils étaient 68, op. cit. – Renseignements complémentaires communiqués par le musée de la Résistance de Bondues. – Mémorial GenWeb. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément