VUILLARD Charles

Par Léon Strauss

Né à Saint-Amarin (Haute-Alsace annexée) le 27 juin 1899, condamné à mort le 13 mars 1943, mort à la prison de Zwickau (Saxe) le 25 février 1945 ; industriel ; conseiller général ; résistant à Strasbourg (Bas-Rhin), réseau Bareiss - Crémer.

Fils de Lucien Vuillard, industriel et conseiller général APNA (parti catholique anti-autonomiste). Administrateur délégué de la Manufacture Alsacienne d’Enveloppes de Saint-Amarin , il représentait cette entreprise à Strasbourg , où il résidait avec sa famille (six enfants). Engagé volontaire en 1939-1940 comme lieutenant de réserve, Vuillard entra très tôt dans la Résistance à l’annexion de fait dans le réseau Bareiss - Crémer. Il fut arrêté à Strasbourg le 25 juin 1942 et emprisonné à Kehl. Avec six autres membres de ce groupe Crémer, il comparut le 10 mars 1943 devant le Reichskriegsgericht (Tribunal militaire du Reich) à Berlin « pour constitution d’une organisation illégale destinée à renverser par trahison l’ordre établi en Alsace, collecte d’informations pour transmission clandestine à l’ennemi, aide à l’évasion de prisonniers de guerre et d’incorporables ». Condamné à mort avec ses camarades le 13 mars 1943, l’exécution de la peine fut « suspendue provisoirement » le 15 août 1943 par Hitler. Transféré à la prison de Bruchsal au début du mois de juillet 1943, puis à Ludwigsburg en novembre 1944, enfin à Zwickau en décembre 1944, il y mourut de tuberculose. Chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume, avec attribution de la Croix de Guerre avec palme ; médaille de la Résistance. L un de ses fils, « Jojo » évadé d’Alsace, réfugié à Lyon, combattit en 1944 dans le GMA Vosges, puis dans le GMA Suisse. Un autre, Pierre, incorporé de force dans la Wehrmacht, disparut en Russie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article166900, notice VUILLARD Charles par Léon Strauss, version mise en ligne le 23 octobre 2014, dernière modification le 23 novembre 2018.

Par Léon Strauss

SOURCES : Strassburger Neueste Nachrichten, 17 mars 1943. – L’Alsace libérée, Strasbourg, 20/21 et 29 mai 1945, 10 août 1946 – Charles Béné, L’Alsace dans les griffes nazies, t.3 , Raon-l’Étape, 1975, p. 290, 355– Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne, fascicule n° 38, p.4041 par Alphonse Irjud. – Marcel Kibler, alias commandant Marceau, raconte la Résistance alsacienne, Jérôme Do Bentzinger éditeur, Colmar, 2008,p.144.

Version imprimable Signaler un complément