BIERMANN Auguste

Par Pierre Schill

Né le 9 juillet 1888 à Phalsbourg (Lorraine annexée), mort le 3 octobre 1965 à Forbach (Moselle) ; ouvrier aux houillères de Sarre et Moselle à L’Hôpital (Moselle) puis aux Houillères de Petite-Rosselle (Moselle) ; homme de confiance des Houillères de Petite-Rosselle en 1918 ; membre du Parti communiste.

Fils de Charles, conducteur de locomotives, protestant, et de Marguerite née Wagner, catholique, de Phalsbourg, Auguste Biermann fut élu homme de confiance (Vertrauensmann) des Houillères de Petite-Rosselle (Moselle) lors des élections organisées par la direction de la houillère le 19 décembre 1918. Elles firent suite à l’annulation d’une précédente consultation organisée le 20 novembre 1918 au moment où la cité minière connaissait une agitation de nature révolutionnaire. Les mineurs alors élus étaient suspectés d’être des éléments subversifs, ce que n’acceptèrent ni la direction ni les autorités administratives qui décidèrent donc d’annuler ce scrutin. Cette décision fut à l’origine d’une grève de quatre jours qui toucha les mines de Petite-Rosselle entre le 30 novembre et le 4 décembre 1918.
Il se maria le 13 mai 1932 à Forbach avec Marie Catherine Suzanne née Pitsch.
Auguste Biermann se présenta, le 5 mai 1935 aux élections municipales à Forbach (Moselle). La gauche était divisée entre la liste « indépendante » menée par le député Victor Doeblé* et la liste d’union menée par le communiste Mathieu Philippi* et le socialiste Édouard Waghemaecker*. Il figurait sur cette dernière liste et obtint 251 voix sur 2 196 votants et 2 163 suffrages exprimés pour 2 657 électeurs inscrits. Il ne fut pas élu et la division de la gauche permit la réélection du maire sortant M. Harter. Auguste Biermann fut à nouveau candidat aux élections municipales d’octobre 1947 sur la liste d’Union républicaine et résistante à dominante communiste. La liste menée par Mathieu Philippi rassembla au premier tour une moyenne de 583 voix sur 3 842 suffrages exprimés pour 3 952 votants et 5 557 électeurs inscrits. Il ne fut pas élu au conseil municipal.
Auguste Biermann participa de manière active à la grève qui toucha les houillères lorraines en octobre 1948. Travaillant alors au puits Simon du Groupe de Petite-Rosselle des Houillères du Bassin de Lorraine (HBL), son activisme lui valut d’être renvoyé le 9 novembre 1948. La direction des HBL n’accepta finalement pas de le réembaucher car il était âgé de plus de soixante ans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16694, notice BIERMANN Auguste par Pierre Schill, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 octobre 2008.

Par Pierre Schill

SOURCES : Arch. Houillères du Bassin de Lorraine, dossier personnel ; Vt233-B128 ; Vt421-B40. — Arch. Dép. Moselle : 151 W 825, 1330 W 265 et 266. — Le Républicain Lorrain, 20 octobre 1947. — Metzer Freies Journal, 7 mai 1935. — Le Courrier de Metz, 10 mars 1959. — État-civil de la commune de Phalsbourg (Moselle).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément