CREUSÉ Frédéric, Amédée, Louis, Auguste, Marie

Par Julien Lucchini, Annie Pennetier

Né le 16 décembre 1920 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé comme otage le 22 octobre 1941 à Nantes ; employé municipal ; résistant gaulliste.

Frédéric Creusé était le fils d’Amédée Creusé, commis-voyer à la préfecture de la Loire-Inférieure, mutilé de guerre (perte du bras droit), décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre, et de Marie Louise Meinot, sans profession. Il fit ses études primaires dans les écoles publiques primaires de la rue Jean-Jaurès puis dans celle de la rue Noire à Nantes. Il obtint son certificat d’études en 1933, l’année suivante il entra au cours préparatoire de l’École nationale professionnelle Livet fut admis en 1935 et y suivit quatre années d’études en spécialité électricité.
A l’arrivée de l’armée allemande, il gagna le Midi de la France. Célibataire, à son retour à Nantes, il entra dans le groupe de résistance Vandernotte avec Michel Dabat, Jean-Pierre Glou et Jean Grolleau. Il était membre du groupe Bouvron de Nantes, du réseau Georges-France 31, depuis septembre 1940, et y était radiotélégraphiste et agent de liaison. Il était d’ailleurs le seul "enfant de la laïque" dans ce group plutôt chrétien. Il s’occupait principalement du poste émetteur sous la houlette de M.E. Jézequel son ancien professeur d’électricité à l’École Livet.
Dénoncé par un agent double comme détenteur d’un poste émetteur assurant la liaison avec l’Angleterre, Frédéric Creusé fut arrêté à Nantes le 28 mars 1941 par l’Abwehr, puis incarcéré à la prison Lafayette de Nantes. Transféré à la prison des Rochettes le 27 avril, il demeura seul en cellule durant de nombreux mois, puis comparut le 8 août devant le tribunal militaire allemand FK 518 de Nantes.
Faute de preuves, Frédéric Creusé fut acquitté, mais demeura prisonnier des autorités allemandes qui le désignèrent alors comme otage. Le 22 octobre 1941, à 17 heures, les autorités allemandes le fusillèrent comme tel à Nantes, au champ de tir de Bêle, en représailles à l’exécution, par des résistants, du Feldkommandant Karl Hotz. Ce sont 48 otages, 5 au Mont-Valérien, 27 au camp de Choisel (Châteaubriant) et 16 à Nantes, dont trois membres de son groupe, Michel Dabat, Jean-Pierre Glou , Jean Grolleau qui tombèrent sous les balles allemandes.Les corps des suppliciés furent disséminés anonymement dans divers cimetières suburbains, dont celui de Saint-Julien-de-Concelles pour Frédéric Creusé et ses trois compagnons.
Avant d’être conduit au peloton d’exécution, Frédéric Creusé avait reçu la communion des mains de l’abbé Théon et écrit une dernière lettre à ses parents, dans laquelle il disait : « Je viens d’apprendre que je vais être fusillé. Ma vie a été courte, je n’ai que vingt ans, j’ai défendu une cause, je m’en honore car j’y ai cru. »

Son nom figure sur des plaques commémoratives de Nantes (à l’école Eugène-Livet, et sur le monument des cinquante otages), ainsi qu’à Saint-Julien-de-Concelles (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique).


Chers parents,
Je viens d’apprendre à l’instant que je quitte la prison des Rochettes. Pourquoi ! Je ne le sais nullement. J’ai entendu dire que L. le général Feldkommandant a été assassiné avant-hier matin. Serait-ce rapport à cela ?Je n’y fait aucun doute. Peut-être serai-je fusillé demain matin, personne ne le sait ou tout au moins on ne veut pas nous le dire. Ce que je veux vous dire avant de disparaitre, c’est que je suis innocent de toutes les calomnies dont on m’accuse. je n’ai jamais fait quoi que ce soit qui soit nuisible aux Allemands. Je viens d’apprendre que je vais être fusillé. ma vie a été courte, je n’ai que vingt ans, j’ai défendu une cause, je m’en honore, car j’y ai cru. Je suis avec Michel à faire mes dernières écrits. Je pense à vous, à tout ce que j’ai aimé, à ma petite Nenette, à toute la famille. J’ai aimé Nette. Tu sais comment je pouvais l’aimer, la mort seule m’en séparera. les moments pressent, j’ai fait quelques mémoires qui, comme je l’espère, vous seront rendus. Je vous ai tous aimés. Je vous quitte à vingt ans. C’est bien pénible, jusqu’à la fin, j’ai été courageux. Sachez que mourir ne m’a rien fait. M. l’abbé vous le dira.
Je vous quitte pour toujours. Adieu. Je voudrais être enterré à Miséricorde, si cela est possible. Mettez-moi ma pochette tricolore.
Adieu pour toujours, je vous aime. Adieu.
 
Votre fils,
 
Frédéric.
 
Vive Dieu ! Vive la France !
 
Il écrivit également à sa fiancée (texte conforme à la lettre d’origine).
 
Ma petite Nette chérie,
Je t’écris ces dernières lignes. Je sais combien tu m’aimes je t’aime moi aussi tu sais. Jusqu’à la pointe des fusils j’aurai ton image sous les yeux. Ce que je demande c’est que tu m’oublies après ma mort non pas moralement mais que tu aies un foyer. Je charge Monsieur l’abbé de te rendre ma bague. Mr l’abbé te parlera de moi de mes derniers moments. Je vais mourir bien que je suis innocent du crime qui a été commis.
J’ai eu des sympathies pour l’Angleterre, je l’ai défendue mais j’aime ma France avant tout il me reste peu de temps. Ma vie en prison m’a beaucoup appris à t’aimer. Je te quitte pour toujours, penses toujours à moi. Adieu ma petite chérie. Je meurs pour la France pour une cause juste.
Adieu ma petite Nette Chérie.
Vive la France et Vive l’Angleterre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article166949, notice CREUSÉ Frédéric, Amédée, Louis, Auguste, Marie par Julien Lucchini, Annie Pennetier, version mise en ligne le 25 novembre 2014, dernière modification le 12 octobre 2021.

Par Julien Lucchini, Annie Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – La vie à en mourir, Paris, Tallandier, 2003. – A. Perraud-Charmantier, La guerre en Bretagne, Récits et portraits tome I, Aux portes du large, 1947 . — Dominique Bloyet, Étienne Gasche, Jeunes résistants en Loire-Atlantique, Coiffard Libraire éditeur, 2014. — Mémorial GenWeb. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément