MIGAUD Auguste, Jean, Marie

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 22 octobre 1893 à Pléchâtel (Ille-et-Vilaine), fusillé après condamnation à mortle 28 octobre 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; sans profession ; membre du réseau Overcloud (section française du SOE britannique) et des FTPF.

Marié, père de deux enfants, Auguste Migaud était sans profession au moment de son arrestation le 3 mai 1942 par la Sipo-SD à son domicile à Pléchâtel.
Membre du réseau Overcloud, comme agent P2, il participait avec son fils au transport d’armes, à des parachutages et des sabotages.
Membre des FTPF en 1941, il fut incarcéré à Rennes (Ille-et-Vilaine), puis ensuite transféré à Angers (Maine-et-Loire) et à Fresnes (Seine, Val-de-Marne). Il fut condamné à mort pour « intelligence avec l’ennemi et activité de franc-tireur » par le tribunal militaire allemand de la Kommandantur du Gross Paris siégeant à l’Hôtel Continental, rue Boissy-d’Anglas à Paris (VIIIe arr.), le 20 septembre 1942 et fusillé le 28 octobre 1942 au Mont-Valérien à 15 h 55.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167000, notice MIGAUD Auguste, Jean, Marie par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 30 octobre 2014, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : DAVCC, Caen, Boîte 5, Liste S1744 (Notes Thomas Pouty et Jean-Pierre Besse). – J.-P. Besse, T. Pouty, Les fusillés. (1940-1944), op. cit. – Site des Anciens Combattants d’Ille-et-Vilaine, « Mémoire de guerre ».

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément