IGNASIAK Léon, écrit parfois IGNASIAC

Par Julien Lucchini

Né le 10 janvier 1893 à Gorka (Pologne), fusillé comme otage le 22 octobre 1941 au terrain du Bêle à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; chauffeur de four ; militant communiste.

Tombe au cimetière militaire de la Chauvinière à Nantes
Tombe au cimetière militaire de la Chauvinière à Nantes
Cliché AP-CP

Fils de Martin Ignasiak et de Catherine Nadolna, décédés, Léon Ignasiak, veuf d’Antonina Sklepik, s’était marié en secondes noces avec Stanislawa Flok, cultivatrice. Il était chauffeur de four aux Forges et vivait à Saint-Herblain (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique).
Militant communiste, et syndicaliste CGT, il fut arrêté pour ce motif à Saint-Herblain par la police française, et incarcéré à la prison de Nantes. Les autorités allemandes le désignèrent alors comme otage, et le fusillèrent comme tel le 22 octobre 1941, en représailles au meurtre de Karl Hotz.
Son nom figure sur la plaque commémorative des fusillés de Nantes.
Sa tombe figure au cimetière militaire de la Chauvinière à Nantes
La mention « Mort pour la France » lui a été attribuée le 6 janvier 2011.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167074, notice IGNASIAK Léon, écrit parfois IGNASIAC par Julien Lucchini, version mise en ligne le 8 décembre 2014, dernière modification le 9 octobre 2021.

Par Julien Lucchini

Tombe au cimetière militaire de la Chauvinière à Nantes
Tombe au cimetière militaire de la Chauvinière à Nantes
Cliché AP-CP

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – Mémorial GenWeb. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément