ROBERT Marcel, Pierre, Georges

Par Jacques Girault

Né le 27 janvier 1924 à Châteauneuf-de-Galaure (Drôme) ; instituteur dans le Drôme ; militant communiste ; maire de Grignan.

Marcel Robert
Marcel Robert

Son père, agriculteur, socialiste SFIO, fut conseiller municipal de Châteauneuf-de-Galaure de 1935 à sa révocation au début de la guerre. Marcel Robert, élève du cours complémentaire de Saint-Vallier puis de l’école primaire supérieure de Valence, fut admis au concours d’entrée de l’Ecole normale d’instituteurs de Valence en 1941. Il effectua sa scolarité d’élève maître au lycée de Valence où il obtint le baccalauréat (Philosophie-Sciences) en 1944.

Avec ses camarades de promotion, il participa à la création d’un journal Toujours ! et à la formation d’un groupe de Résistance parmi les élèves du lycée à partir de 1942 en relation avec Lucien Mazelier. A la mi-janvier 1944, il quitta le lycée avec quelques camarade, personnellement conseillé par son beau-frère Gabriel Chevalier, qui lui avait présenté Louis Aragon et Elsa Triolet qu’il hébergeait pour une nuit, il rejoignit un groupe de FTPF à Lyon. Sous le pseudonyme de “Georges Ident“, il fut chargé de l’établissement de faux-papiers certifiés par de faux tampons administratifs de sa fabrication. Arrêté le 29 août 1944, il ne fut pas fusillé par les Allemands.

En octobre 1945, Robert fut nommé instituteur à Gumiane, puis à Chamaret l’année suivante, et à Grignan en 1960 où il enseigna jusqu’à sa retraite en octobre 1979.

Robert se maria religieusement (« pour faire plaisir à ma belle-mère ») en septembre 1946 à Châteauneuf-de-Galaure avec la fille d’un employé de la SNCF, employée des PTT (téléphone) à Lyon, future agent spécialisé des écoles maternelles. Le couple eut deux garçons qui furent seulement baptisés « à mon insu ».

Militant du Syndicat national des instituteurs, il fut responsable cantonal du SNI.

Marcel Robert fut considéré comme ayant adhéré au Parti communiste en 1942. Il fut membre du comité de la section communiste de Grignan. Élu maire de Grignan de 1983 à 1995. Pendant ces mandats, furent construits une salle des fêtes, une caserne de pompiers, un lotissement HLM, un local pour les « Boutchoux ». Les remparts furent réparés. La première foire fut inaugurée et la commune obtint une déviation de la route principale. Il était le vice-président de l’association des pays de Grignan et de Valréas.

Candidat communiste au Conseil général en 1979, le fut à nouveau en1985. Arrivé en deuxième position au premier tour avec 705 voix, il fut battu le dimanche suivant avec 1 447 voix.

Après 1995, le couple habitait Réauville.

Marcel Robert, qui avait adhéré à la Libération à la “Fédération des Combattants de moins de vingt ans“, devint par la suite trésorier de l’organisation pour la section Drôme-Ardèche. Il était membre de l’amicale des Vétérans du PCF.
Le site Internet « Mémoire de la Drôme » comprend trois photographies de Marcel Robert dans ses fonctions de maire (avril 1990, à la tête d’une manifestation en gare de Montélimar pour protester contre le tracé du TGV Méditerranée ; mai 1994, lors de l’inauguration de la foire de Grignan ; 1995, passation des pouvoirs de maire de Grignan).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167087, notice ROBERT Marcel, Pierre, Georges par Jacques Girault, version mise en ligne le 2 novembre 2014, dernière modification le 30 mars 2021.

Par Jacques Girault

Marcel Robert
Marcel Robert

Iconographie : Marcel Robert dans les années 1980.

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément