LE PAGE Émile, Jean, écrit LEPAGE Émile sur l’état civil

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 19 août 1922 à Quimper (Finistère), fusillé le 8 juillet 1942 au stand de tir de La Tourelle à Quimper (Finistère) ; employé des postes ; membre des Jeunesses communistes, puis du Parti communiste ; résistant au sein des FTPF.

Fils de Émile Marie Lepage, zingueur, et de Jeanne Émilie Hopp, ménagère, Émile Le Page, ou Lepage d’après son acte de naissance, célibataire, était aide postier à Quimper.
Selon Eugène Kerbaul il fut l’un des dirigeants finistériens en 1939 des Jeunesses communistes, avant d’intégrer en 1939 le Parti communiste. Participant d’abord à la restructuration dans l’illégalité du parti, il fit partie des premiers groupes de l’Organisation spéciale (OS), branche militaire du Parti communiste clandestin en septembre 1941. Son engagement dans les FTP se traduisit par de nombreuses opérations de sabotages, d’attentats ou de propagande.
Chef de groupe en mai 1942, il fut arrêté par la police française pour infraction aux décrets lois du 26 septembre 1939 concernant l’activité du Parti communiste.
Interné à la prison de Quimper, il passa sous l’autorité allemande et changea de quartier à partir du 5 mai. Il fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand FK 752 de Quimper le 30 mai 1942 pour « propagande communiste ».
Émile Le Page a été fusillé 8 juillet 1942 au stand de tir de La Tourelle à Quimper. Son corps ne fut rendu à sa famille que le 2 octobre 1944 pour des obsèques officielles auxquels participa une foule impressionnante.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167122, notice LE PAGE Émile, Jean, écrit LEPAGE Émile sur l'état civil par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 27 août 2018, dernière modification le 3 mai 2020.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : AVCC, Caen, B VIII 3 (Notes Jean-Pierre Besse et Thomas Pouty). – J.-P. Besse, T. Pouty, Les fusillés (1940-1944), op. cit. – Biger Brewalan, René-Pierre Sudre, Les fusillés du Finistère 1940-1944, master 2, Université de Bretagne occidentale, 2011. – Eugène Kerbaul, 1 270 militants du Finistère (1918-1945), IRM Bretagne, 1985. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément