RAGOT André, Adrien, dit "L’armore"

Par Julien Lucchini, Annie Pennetier

Né le 23 août 1923 à Montbizot (Sarthe), fusillé après condamnation à mort le 29 juin 1944 au château de La Bouvardière, commune de Saint-Herblain (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; armurier ; résistant, membre des Forces françaises de l’intérieur (FFI), maquis de Saffré (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique).

André RAGOT
André RAGOT

Fils de Robert Ragot, tailleur d’habits puis employé SNCF, et de Suzanne, Adrienne Daveau, sans profession, André Ragot, célibataire vivant à Montbizot, était réfractaire au Service du travail obligatoire (STO). Devenu résistant FFI, il rejoignit le maquis de Saffré en juin 1944.
Ce maquis, qui regroupait environ trois cents hommes, fut attaqué le 28 juin 1944 au matin par plus de mille cinq cents soldats allemands aidés de miliciens français. Lors de cet assaut, André Ragot fut arrêté par la Wehrmacht pour « actes de franc-tireur ». Il fut interné à la prison Lafayette à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique).
André Ragot fut condamné à mort dès le lendemain, 29 juin 1944, par le tribunal militaire allemand FK 518 de Nantes et fusillé le jour même, avec vingt-six de ses compagnons, au château de La Bouvardière.
André Ragot fut homologué interné résistant (DIR) et FFI ; il reçut la Médaille de la Résistance par décret du 24 avril 1946, JO du 17 mai 1946.
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Montbizot, et sur la plaque commémorative du maquis à Saffré, dans l’oratoire construit auprès du monument commémoratif.

SAFFRÉ- SAINT-HERBLAIN (Loire-Atlantique) : 28-29 juin 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167130, notice RAGOT André, Adrien, dit "L'armore" par Julien Lucchini, Annie Pennetier, version mise en ligne le 2 décembre 2014, dernière modification le 26 octobre 2021.

Par Julien Lucchini, Annie Pennetier

André RAGOT
André RAGOT

SOURCES : AVCC, Caen, Liste S 1744 (Notes Thomas Pouty), AC 21 P 528982. — SHD Vincennes GR 16 P 497623. — Arch. Dép. Loire-Atlantique, 305 J 3. — État civil. — Jean-Pierre Sauvage, Xavier Trochu, Mémorial des victimes de la persécution allemande en Loire-Inférieure 1940-1945, Nantes, 2001. — Mémorial GenWeb. — Site Internet Mémoire des Hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément