BERNIMOLIN Nicolas.

Par Jean Neuville

Ouvrier métallurgiste, militant socialiste, cofondateur d’un syndicat local, cofondateur d’une coopérative à Liège (pr. et arr. Liège).

Nicolas Bernimolin participe à la fondation du Syndicat des métallurgistes de Grivegnée (pr. et arr. Liège) et de la coopérative La Populaire à Liège. Selon Victor Serwy, son surnom est « Petit canari ».

Nicolas Bernimolin apparaît régulièrement comme délégué du Syndicat des métallurgistes aux congrès du Parti ouvrier belge (POB). À celui de 1889, il est commissaire aux comptes et cosigne le rapport à ce sujet. À ce même congrès, il propose d’adopter un vœu confiant au Congrès des partis socialistes à Paris le soin de fixer une date pour la réalisation de la journée de huit heures. Sa proposition se heurte au scepticisme de l’assemblée quant à la possibilité de fixer une échéance. Au Congrès de mai 1892, on le voit encore membre de la commission de vérification des comptes. Lors de la discussion sur la création d’une caisse de grève, Bernimolin émet l’avis qu’il vaut mieux rendre la participation à la caisse de grève facultative plutôt que de mécontenter les syndicats. En 1897, il siège au bureau du Congrès. En 1889-1890, Nicolas Bernimolin fait partie du Conseil général en tant que représentant de Liège.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167485, notice BERNIMOLIN Nicolas. par Jean Neuville, version mise en ligne le 16 novembre 2014, dernière modification le 5 janvier 2020.

Par Jean Neuville

SOURCE : BONDAS J., Histoire anecdotique du mouvement ouvrier au pays de Liège, Liège, 1955, p. 214.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément