BOUHOUR Émile

Par Julien Lucchini

Né le 2 décembre 1910 à Somain (Nord), fusillé le 18 juin 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; mineur ; militant communiste dans la clandestinité ; résistant ; déporté.

Fils de Jean-Baptiste Bouhour, mineur, et de Célina Coquelle, ménagère, Émile Bouhour, mineur vivant à Somain, militait au Parti communiste clandestin. En raison de ses activités militantes, il fut arrêté le 18 septembre 1942 à Somain par la gendarmerie française. Jugé, il fut condamné par le Gouvernement militaire en France à dix ans de travaux forcés et déporté en Allemagne.
Après l’avoir rappelé en France, la Section spéciale de Paris le condamna, cette fois, à mort, pour « activité en faveur de l’ennemi ». Émile Bouhour a été fusillé le 18 juin 1943 au Mont-Valérien avec Alexandre Bisiaux et Jean-Baptiste Fievet.
Son nom est inscrit sur le monument commémoratif du Mont-Valérien et sur le monument aux morts de Somain.
Il fut déclaré « Mort pour la France » par le ministère des Anciens Combattants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167736, notice BOUHOUR Émile par Julien Lucchini, version mise en ligne le 25 novembre 2014, dernière modification le 13 février 2021.

Par Julien Lucchini

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 4 (Notes Thomas Pouty). – État civil. —MémorialGenweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément