VAN HUFFEL Henri.

Par Jean Puissant

Bruxelles (pr. Brabant, arr. Bruxelles ; aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), 21avril 1869 − Koekelberg (Bruxelles), 22 août 1926. Employé, chef d’entreprise, militant du Parti ouvrier belge, conseiller communal, échevin et bourgmestre socialiste de Koekelberg.

Henri Van Huffel, autodidacte, est employé-comptable à la Grande brasserie de Koekelberg, il devient ensuite administrateur de sociétés, gérant de plusieurs hôtels bruxellois.

Militant de la Ligue ouvrière de Koekelberg qu’il représente au Congrès du Parti ouvrier belge (POB) d’Anvers (Antwerpen, pr. et arr. Anvers) en 1895, Van Huffel est secrétaire de rédaction de son organe, Volksvriend (l’ami du peuple) en 1897.

Henri Van Huffel est élu conseiller communal en 1898 (1895 ?), est échevin des Finances de 1904 à 1907, puis bourgmestre de 1921 à sa mort en 1926. La commune, dans le sillage de sa voisine Molenbeek, est devenue très industrielle au tournant des XIXe et XXe siècles. La croissance de la classe ouvrière explique ce succès lié à la démocratisation du scrutin. En 1921, lors des premières élections communales au suffrage universel (hommes et femmes), le POB est majoritaire à Koekelberg avec six sièges contre quatre aux catholiques et trois aux libéraux. Il s’allie avec les libéraux pour diriger la commune. Il est le seul bourgmestre socialiste de l’agglomération bruxelloise à cette époque. Sa popularité, selon Le Peuple, aurait dû permettre au POB d’emporter la majorité absolue aux élections communales du mois d’octobre 1926 mais Van Huffel décède inopinément d’une congestion cérébrale, peu de temps auparavant.

Henri Van Huffel est à l’origine de la création d’une maison pour enfants débiles à Coxyde (Koksijde, pr. Flandre occidentale, arr. Furnes-Veurne), et est président d’honneur de l’Essor intellectuel-Université populaire de Koekelberg. Il est membre de la loge Les Amis philanthropes. Ses funérailles ont lieu devant une foule nombreuse, menée par le bourgmestre de Bruxelles, Adolphe Max, également président du collège des bourgmestres de l’agglomération et de nombreux bourgmestres et échevins. Le Peuple ne consacre pas moins de quatre articles en première page, dont un avec photos, à sa disparition. La place communale porte son nom. Époux de Rosalie Ridder, il en a un fils, Henri-Charles. Cet exemple montre combien le POB, après 1889, a pu attirer d’éléments de la petite bourgeoisie conquis par la lutte démocratique et laïque.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167776, notice VAN HUFFEL Henri. par Jean Puissant, version mise en ligne le 20 novembre 2014, dernière modification le 15 janvier 2020.

Par Jean Puissant

SOURCES : Le Peuple, 23 au 28 août 1926 − SUTTER D., Koekelberg. Au fil du temps… Au cours des rues…, Paris, 2012.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément